Accueil Site officiel de l'OGC Nice

J-P. Rivère : « Cette saison doit être formatrice »

Interview

28 mai 2021

J-P. Rivère : « Cette saison doit être formatrice »

Bilan de la saison 2020-21 et perspectives. Le président Rivère fait un tour d’horizon complet dans un entretien donné au site officiel.

Quelle sensation cette saison vous laisse-t-elle ?
Il y en a plusieurs. Il y a les résultats sportifs, qui n'ont pas été conformes à nos objectifs. On a connu une succession de blessures et d’éléments négatifs qui ont joué en notre défaveur. Il y a également le contexte économique, extrêmement compliqué. Et puis, ces stades vides... Jouer au football dans ces conditions c'est terrible.

Avez-vous eu peur ? Peur que l’équipe se retrouve embourbée dans une bataille pour le maintien par exemple ?
Je n'emploierais pas le terme de peur. Mais par contre, il a fallu être très vigilant, oui. Il aurait été dangereux de ne pas l’être. 

Avec le recul, le changement de coach est-il intervenu au bon moment ? trop tard ? trop tôt ?
Changer d'entraineur en cours de saison, ce n'est jamais le bon moment. Ce n'est pas agréable sur le plan humain. C'est toujours un peu violent comme acte. Tout le monde sait qu'à l'OGC Nice, ce n'est pas ainsi que nous aimons fonctionner.

« Le match que je retiens, c’est Lyon »

L’équipe a réalisé ses meilleurs matchs en fin de saison. Marseille, Montpellier, Lyon,... Quel sens cela a pour vous ?
Cela conforte la décision prise. Et cela ouvre aussi une fenêtre sur la saison prochaine. Au fil de la saison, des joueurs se sont peu à peu révélés. C'est bien. Cette saison doit être formatrice pour la suite. Le match que je retiens, c’est Lyon. J’ai envie de penser que cette dernière rencontre est la première de la saison prochaine.

Dans un communiqué, le club, dans son ensemble, a remercié Adrian Ursea. A titre personnel, pourquoi avez-vous envie de lui dire merci, aujourd’hui ?
C’est une personne remarquable sur le plan humain. Nous avions gardé le contact quand il avait quitté le club. Il est ensuite revenu dans des fonctions différentes, avant d'accepter cette mission en fin d'année. Il l'a parfaitement remplie avec son staff. Leur investissement a été exemplaire. Ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes pour que nous retrouvions du jeu, du plaisir, et pour commencer à redonner à certains joueurs des qualités qu'ils avaient plus ou moins perdues. Ils ont rempli leur mission.

D’autant plus louable alors que la mission était appelée à se terminer à la fin de la saison…
Savoir que c'est une mission à durée déterminée n'est jamais simple. Avec, en plus, une forme d'urgence de résultats. Mais, même si on a connu des difficultés au départ, on est resté extrêmement cohérent dans notre schéma, et fidèle à notre philosophie de jeu. Il n'y a pas eu de turbulences au regard de ces premières semaines difficiles. Au contraire, le club a été très solidaire.
Donc, il est vrai que le contexte de départ n'était pas facile, mais c'était aussi une opportunité pour Adri' de montrer des qualités autres que celles d'adjoint pour lesquelles on le connaissait. On lui souhaite que cette nouvelle expérience réussie de numéro 1 lui ouvrira les portes qu’il mérite.

« Jim et Bob savent que tous les projets mettent du temps à se mettre en place »

D’un point de vue financier, comment le club termine-t-il la saison ?
Comme tous les clubs français. Le COVID a fait de grands dégâts dans le football européen. Personne n'y a échappé. Et en France, nous avons eu la double peine avec ces fameux droits tv qui creusent le manque à gagner de chaque club.

Dans quelle proportion le club aurait-il été en difficulté sans INEOS ?
Nous avons les mêmes pertes que les autres en France, mais INEOS nous permet de regarder l'horizon sans nourrir l'inquiétude que peuvent avoir malheureusement certains autres clubs aujourd'hui. Si nous étions restés dans l'ancien actionnariat, le club serait en très, très, très grande difficulté à l’heure où nous parlons. Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir un actionnaire de grande qualité. Jim et Bob savent que tous les projets mettent du temps à se mettre en place. Les rapports que nous entretenons avec eux sont excellents. 

​​

Les difficultés à domicile ?
Tout le monde a été logé à la même enseigne. Mais, les clubs où il y a un vrai douzième homme ont naturellement pâti des huis clos. Les statistiques le montrent bien. Quand vous êtes dans votre stade, devant votre public, que vos supporters sont là pour vous pousser, pour aller au-delà de vous-mêmes face à une difficulté, ce n'est pas la même chose. La motivation demeure chez les joueurs, mais évoluer dans un stade vide n'a rien de comparable à jouer dans un stade qui vous porte. On a vraiment hâte de retrouver notre 12e homme...

« L’entraineur viendra pour le projet, pas pour l’argent »

Le terrain prime, évidemment, mais vous évoquez aussi souvent tout le travail effectué dans l’ombre, pour continuer à faire grandir le club. Ce fut encore le cas cette saison ?
Par le passé, nous avons eu de très bons résultats qui n'étaient pas en adéquation avec notre budget, ni nos structures. Aujourd'hui, les fondations sont là. C'est indispensable. Il est normal qu'à l'extérieur on ne retienne que le classement et le résultat. Il est d’ailleurs significatif d’observer que tout le monde est aujourd’hui déçu d’une 9e place, alors que dans un passé pas si lointain c’était synonyme de bonne saison pour l’OGC Nice. C’est aujourd’hui une déception, mais cela mesure, aussi, le chemin parcouru. Et, à côté de cela, le travail de fond a été fait. Plus personne n'ignore qu'il y a ici les structures pour réussir.

Là où l'on lit parfois que Nice peut attirer aujourd'hui des entraineurs en proposant de tripler leur salaire...
Les gens qui ne connaissent pas le milieu du football, ou qui survolent ça, s'imaginent des choses. L'aspect financier n'est absolument pas le moteur pour un coach, ou alors vers des destinations plus exotiques. Pas en France. Donc il n’y a pas d’intention de dépenser des fortunes pour attirer un coach, quel qu’il soit, qui ne viendrait que pour l’argent. Cela n'aurait aucun intérêt pour nous. L’entraineur qui nous rejoindra viendra pour notre projet.

L’entraineur, c’est LE sujet de discussion du moment…
Je sais que tout le monde attend le nom. Mais aujourd'hui, je me refuse à faire le moindre commentaire. Cette période peut paraitre un peu floue pour nos supporters, mais qu’ils se rassurent. Nous sommes sereins car nous savons où nous voulons aller.  Parce que nous n'avons pas attendu la semaine dernière pour entreprendre ce travail. En anticipant bien les choses, nous n'avons pas à les subir.

Une saison compliquée, cela entraine un remaniement en profondeur de l’équipe cet été ? Beaucoup de mouvements ? 
Non. Et une chose est sure, le mercato s'annonce en tout cas extrêmement compliqué pour tous les clubs parce que les conditions économiques ne sont pas réunies pour avoir un marché des transferts traditionnel. Cela peut entrainer des difficultés supplémentaires. 
De nôtre côté, les mouvements à faire sont identifiés afin de continuer la construction de notre équipe dans la durée. Notre souhait est de fortifier les bases déjà posées. 

Rendez-vous le 16 juin…

Comment s’annonce le retour du public ?
Les informations que nous possédons indiquent qu'il n'y aura plus de jauge (maximale) à partir du 30 juin. Ce qui est une très bonne nouvelle. Même s'il y aura bien évidemment des contraintes sanitaires.

Le club est dans les starting blocks pour lancer la campagne d’abonnement. Est-ce que dans ce monde si différent, elle sera, elle, très classique ?
Non. Notre préoccupation durant ces longs mois sans nos supporters a été de préparer l'avenir. Et de prendre en compte l'impact économique de cette crise sanitaire. Nous mesurons que prendre un abonnement c'est, malgré tout, une dépense. Et quand on a des difficultés économiques la dépense n'est pas toujours facile ni évidente.
Le fondement même de "MonGymMaFamille", c'est trouver ensemble les meilleures solutions, pour que chacun puisse continuer à participer à l'aventure en venant au stade. Le 16 juin, nous présenterons le résultat de cette réflexion. Elle vise à ce que nos supporters, sans changer leurs habitudes de la vie courante, se disent que s'abonner n'est en fin de compte pas une dépense qui va leur couter grand-chose, grâce à tous les avantages que nous allons leur proposer. De sorte de les retrouver tous à nos côtés pour vivre une belle saison.