Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Championnats amateurs arrêtés, les féminines maintenues

Covid-19

16 avril 2020

Championnats amateurs arrêtés, les féminines maintenues

Réuni jeudi, le Comité exécutif de la FFF a pris la décision de mettre un terme à l’ensemble des compétitions de Ligues, de Districts, des championnats nationaux du National 3, du National 2, de la D2 féminine et de futsal, et des championnats nationaux de jeunes (féminins et masculins).

« A la lumière des dernières annonces du président de la République, le lundi 13 avril, prolongeant les mesures sanitaires de confinement jusqu’au 11 mai », la possibilité d’une reprise de ces compétitions n’était plus viable selon la FFF. Seuls le championnat N1 et la D1 féminine pourraient encore reprendre, d’après la Fédération qui a décidé de « poursuivre la réflexion », « compte tenu de la nature spécifique de ces deux compétitions » et avec l’objectif d’avoir « un traitement harmonisé du haut niveau féminin et masculin ».

Le maintien pour les féminines !

Concernant l’OGC Nice, cela a notamment pour conséquence d’entériner le maintien de son équipe féminine (10e de son groupe) au sein du championnat de deuxième division qu’elle découvrait cette saison.
Du fait de cet arrêt, la réserve masculine conduite par Manu Pires et Cédric Varrault, et à qui il restait 8 matchs à disputer, termine à la 11e place de N3, les U19 d’Emerse Faé finissent 4es et les U17 de Bruno Rohart et Didier Digard au 3e rang.

Les réactions : 

Manu Pirès, directeur du centre de formation & entraîneur de l'équipe réserve (N3) : « Ce qu’on redoutait est arrivé. Mais à partir du moment où les conditions ne peuvent pas être réunies pour assurer la santé du public et des acteurs, on ne peut que comprendre cette décision. La coupure va être longue, on ne sait pas quand les entraînements pourront reprendre. Si les joueurs continuent de s'entraîner physiquement, on sait très bien que cela va faire une coupure dans leur progression. Comme lors d'une blessure de longue durée. On en a profité pour mettre l’accent sur la scolarité de nos jeunes, avec un système de cours à domicile. On garde aussi le lien avec les joueurs et leur entourage : tout le monde se pose des questions, forcément. Il faudra ensuite définir nos groupes, avec les difficultés que cela implique, même si on a pour habitude de travailler sur le long terme et que de nombreuses choses avaient heureusement pu être anticipées. C'est une situation exceptionnelle et il faut la surmonter. Cette période nous permet aussi de nous rendre compte du rôle fondamental de certaines personnes, qui se battent pour sauver des vies. En temps normal, les footballeurs et les artistes sont médiatisés car ils offrent du plaisir au gens. Mais là, on se rend compte de l'importance de tous gens aux valeurs humaines immenses ».

Fabrice Garrigues (directeur de la pré-formation) : « Cette décision paraissait évidente au vu des dernières semaines. Forcément, on se demande quand et surtout comment nous allons pouvoir reprendre, en préservant la santé des joueurs et des encadrants. Il y a énormément de questions en suspens. On est en lien avec les petits et leurs familles via WhatsApp. Les joueurs continuent de s'entretenir physiquement, avec en plus des postures et des gainages proposées par notre kiné. Le préparateur mental leur apporte aussi du soutien. Pour ce qui est de la saison prochaine, nous nous étions bien avancés en amont, notamment au niveau des détections. On a regardé tous les joueurs, même ceux en équipe B pour faire nos choix. On fera le tour des familles début mai par téléphone, soit pour leur valider leur présence avec nous, soit pour les aider à trouver un autre projet. On a beaucoup d'idées pour la saison prochaine, et on espère pouvoir les mettre en oeuvre. Comme tout le monde, on attend de connaître la suite car il y a énormément de choses qu'on ne maîtrise pas ! »

Jean-Luc Donati (Directeur Général de l’association OGC Nice) : « On jouera donc en D2 Féminine la saison prochaine. On aurait bien entendu préféré valider ce maintien sur le terrain, d'autant que nous étions sur une très bonne dynamique. Après la phase de découverte de la D2, les filles ont su hisser leur niveau, et sur les derniers matchs nous étions devenus très solides. J'y croyais dur comme fer à ce maintien. Mais au vu des circonstances, on ne va pas se plaindre, loin de là ! J'ai aussi une pensée pour tous ceux qui ratent une accession alors qu'ils étaient en course... Mais cela ne reste que du football, et on comprend humblement qu’il y a d’autres priorités, à tous les niveaux. Aujourd’hui la priorité, c’est la santé : on a une grosse pensée pour toutes les personnes impliquées dans cette crise sanitaire ! »

 

LE MODE DE FIXATION DES CLASSEMENTS

Pour les compétitions arrêtées définitivement à la date du 13 mars quel que soit le nombre de matchs joués, la FFF a décidé de « fixer » les classements des Ligues et Districts selon le quotient nombre de points obtenus / nombre de matchs joués afin de neutraliser l’effet des matchs reportés, de départager les clubs à égalité de points en fonction du règlement de la compétition concernée*, de limiter le nombre de descentes à une par poule**, de fixer le nombre de montées en fonction du règlement qui prévaut pour la compétition concernée.

Concernant les compétitions nationales (hors National 1 et D1 Arkema), le mode de fixation des classements sera identique à celui établi pour les championnats des Ligues et des Districts. Les montées et les descentes seront décidées selon le règlement habituel de chacune des compétitions concernées.

* Si le règlement de la compétition est inopérant ou ne permet pas le départage, des critères fixés par la Fédération seront appliqués.
** en cohérence avec le règlement qui prévoit l’impossibilité de repêchage du dernier quelles que soient les circonstances.