Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Déplacement interdit à Nîmes : communiqué

Supporters

15 août 2019

Déplacement interdit à Nîmes : communiqué

Le 9 août, l’OGC Nice faisait part de son mécontentement dans la foulée d’un arrêté préfectoral interdisant à ses supporters le déplacement à Nîmes, et annonçait qu’il allait déposer un recours en justice pour faire valoir ses droits et ceux de son public. Ce 15 août, la colère vient s’ajouter au mécontentement. Défendue mercredi devant le tribunal de Nîmes, la requête du club a été rejetée. Et, après que la Populaire Sud a annoncé son intention de se déplacer quand même symboliquement à Nîmes, en dehors du périmètre interdit, un nouvel arrêté, cette fois émis par le Ministère de l’Intérieur, est venu compléter le premier, avec encore plus de virulence.

Ainsi, l’interdiction pour tout supporter du Gym d’accéder au stade des Costières ou au centre-ville de Nîmes n’a pas suffi. « Le samedi 17 août 2019, de zéro heure à minuit, le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen, de toute personne se prévalant de la qualité de supporter du club de l'OGC Nice, ou se comportant comme tel, est interdit entre les communes du département des Alpes-Maritimes, d'une part, et la commune de Nîmes (Gard), d'autre part », précise le texte du Ministère de l’Intérieur. Des contrôles seront par ailleurs effectués pour que cette décision soit appliquée avec fermeté.

A sa lecture, la Populaire Sud a communiqué mercredi soir sur sa page Facebook avoir finalement décidé de rester à Nice.

L’OGC Nice prend également acte de ces mesures tout en déplorant une décision injuste prise, main dans la main, par l’ensemble des autorités, qui utilisent avec excès leur pouvoir pour pénaliser les supporters en général et les niçois en particulier, au détriment de tous les efforts effectués par le club et ces derniers pour organiser le déplacement dans des conditions optimales.

Néanmoins, le club ne cessera pas d'utiliser tous les moyens dont il dispose pour que ses amoureux puissent le suivre lors de ses futurs déplacements, et pour qu’au « pays des droits de l’homme », les mentalités en matière de football et de supporters puissent enfin avancer.

Le Gym invite celles et ceux qui se sentent concernés par cette démarche à se joindre à lui. La déception et l’immense frustration de ses fidèles, très injustement sanctionnés, gagneraient ainsi à être relayées par les médias et ceux qui croient que de telles décisions portent atteinte aux libertés fondamentales et envoient un mauvais message aux amoureux du football.