Accueil Site officiel de l'OGC Nice

L’OGC Nice s’associe au RC Abidjan

Club

30 juin 2018

L’OGC Nice s’associe au RC Abidjan

L’OGC Nice est fier d’annoncer la signature d’un partenariat avec le Racing Club Abidjan. Dans le cadre de son internationalisation, le club s’associe désormais à l’une des plus réputées académies ivoiriennes.

Après le Brésil, où l’oeil du Gym se nomme Henrique (ancien défenseur champion de France avec Bordeaux), c’est cette fois en Afrique que les Aiglons partent s’implanter durablement, grâce à un partenariat officialisé samedi avec le Racing Club Abidjan. « Le Racing porte son savoir-faire comme une marque de fabrique. Nous avons été séduits par les principes de jeu qui y sont enseignés », explique Julien Fournier, directeur général du Gym. « Ils correspondent parfaitement à la philosophie de l’OGC Nice. Cette conception du jeu était d’ailleurs le facteur déterminant de cette collaboration ».

Qui est le Racing ?

Créé il y a 8 ans avec l’idée « de développer des jeunes talents, de dominer le football ivoirien et d’alimenter les gros clubs européens », selon Souleymane Cissé, son fondateur et président, le Racing s’impose progressivement comme une référence. Un réservoir bien bâti, de la base au sommet, que les décideurs niçois ont pu aller visiter à plusieurs reprises, qui possède (déjà) certains membres en Europe et une équipe sénior élevée selon ses principes. Composée à 95% d’éléments formés au club, celle-ci pratique l’un des plus beaux jeux du pays, ce qui lui a permis de décrocher le titre de champion et lui a ouvert les portes de la D1 ivoirienne la saison prochaine... Elle possède, en outre, une particularité à laquelle les dirigeants niçois ne sont pas restés insensibles : elle affiche la plus basse moyenne d’âge des 2 premières divisions (19 ans).

A Abidjan, Souleymane Cissé, parle avant tout « d’un partenariat humain » quand on évoque le rapprochement avec les Aiglons. Un accord « gagnant-gagnant » où chaque partie tirera profit des compétences de l’autre. Le président du Racing intégrera d’ailleurs l’OGC Nice, en tant que recruteur chargé de tout le continent africain, preuve que les deux parties ont le regard tourné vers l’avenir.

Concrètement, le Gym pourra bénéficier d’un accord de priorité sur les meilleurs éléments du Racing (voir ci-dessous). De leur côté, les jeunes ivoiriens pourront « poursuivre et terminer leur formation chez un partenaire européen solide et fiable, qui n’hésite pas à faire confiance aux jeunes et qui possède un cadre idéal », selon Cissé.

Cet été, un premier joueur façonné au Racing rejoindra le centre de formation du Gym, et intégrera l’équipe réserve.

3 Questions à Souleymane Cissé, directeur du Racing Club Abidjan et recruteur de l’OGC Nice en charge du continent africain.

Formateur aguerri passé, entre autres, par l’ETG et l’AS Monaco (dont il a eu la charge des U19 et de la réserve), Souleymane Cissé a créé et dirige le Racing Club d’Abidjan. Désormais en charge du recrutement du Gym sur le continent africain, il livre les clefs d’un partenariat « gagnant - gagnant ».

Souleymane, pourquoi avez-vous décidé de lier le Racing au Gym ?
Humainement, avec Nice, ça a accroché de suite. J’ai d’abord eu Julien Fournier (Directeur Général) au téléphone, puis j’ai rencontré Morgan (Boullier, coordinateur de la cellule de recrutement). Le projet du Gym est basé sur le jeu, la possession, la volonté de construire avec les jeunes... Je le connaissais bien, ça a orienté mon choix. D’autres clubs sont venus visiter l’académie et voulaient devenir notre partenaire, mais ça ne collait pas à notre image. Finalement j’ai rencontré Julien et il s’est montré très convainquant. Par la suite, il est venu en personne, Morgan et Gianni (recruteur) aussi. Tout s’est mis en place. Et puis ici, dans un club français et une ville cosmopolite du sud de la France, l’acclimatation sera plus facile pour nos jeunes.

Comment présenteriez-vous simplement le Racing ?
Notre savoir-faire en terme de jeunes talents est reconnu. Certains sont déjà en Europe, s’entraînent avec des groupes pros ou dans des centres de formation. Quand on a senti nos joueurs arriver à maturité au niveau formation, on a acquis un club en D3, on est montés en D2 et maintenant en D1. C’est le fruit de 8 ans de travail. Notre idée est de nous développer pour, à terme, dominer le championnat ivoirien, puis africain, et alimenter les gros clubs européens. Aujourd’hui, je pense qu’on est une vraie référence en terme de jeunesse et de jeu. Nous cherchons toujours à avoir la possession, notre football est élégant. Au départ, nos gamins ont un peu souffert en séniors mais là ils prennent la mesure du niveau. Nous avons un très bon réservoir, avec de vrais jeunes, arrivés à 9 ou 10 ans, qui ont maintenant 17 ou 18 ans. La moyenne d’âge de notre équipe sénior, c’est 19 ans. Et à chaque match, 6 ou 7 gamins 16 ou 17 ans jouent en pros…

Comment sa matérialisera le partenariat ?
Ce sera un partenariat « de préférence », où tout le monde sera gagnant. Nice a la priorité sur les jeunes de l’académie ; et l’avantage pour nos joueurs, c’est qu’ils vont continuer leur formation en venant ici. Intégrer le club va leur permettre de franchir des paliers. Nice pourra miser sur des jeunes à fort potentiel, et nous sur un partenaire européen solide et fiable, ce qui nous aidera aussi à passer un cap. Mais encore une fois, le partenariat est avant tout humain.

C.D.