Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Un scénario presque parfait

Nice 1-1 Nantes

11 mai 2019

Un scénario presque parfait

Tout proches de s'adjuger la victoire au bout du suspense, les Aiglons  ont finalement été contraints de partager les points avec une solide  équipe nantaise (1-1). Un score qui reflète la physionomie de la partie, dominée tour à tour par les deux équipes.

La physionomie

Forts de leurs 5 victoires de rang avant de se rendre sur la Côte d'Azur, les Nantais présentèrent le visage que l'on pouvait redouter : celui d'un adversaire extrêmement difficile à manier. Présents dans l'entrejeu (65% de duels gagnés en première mi-temps), tranchants offensivement, et costauds derrière, les hommes de Vahid Halilodzic dominèrent le premier acte.

Dès la 3e minute de jeu, une tête décroisée de Diego Carlos fit frissonner le stade. A la 12e, le centre-tir de Fabio trouva Coulibaly, seul dans la surface. Heureusement, le Malien ne parvint pas à reprendre l'offrande. Ensuite, Moutoussamy s'illustra par deux fois, en croisant trop du gauche (15e), puis en déviant intelligemment le cuir pour Limbombé, maladroit (25e).

Des Niçois d'abord fébriles 

En face, les Niçois montrèrent une fébrilité inhabituelle. Derrière, à l'image de cette passe en retrait de Dante mal appréciée par Benitez (14e), comme devant, où les choix offensifs furent rarement couronnés de succès. Il fallut attendre la 26e minute pour voir la première frappe niçoise du match, mais Dante piqua trop sa tête sur un corner botté par Lees-Melou. 

Et Mou​toussamy surgit...

Trois minutes plus tard, les visiteurs furent récompensés. A l'affut pour reprendre le cuir dans la surface, après une intervention de Dante sur Limbombé, l'intenable Moutoussamy trouva l'ouverture (0-1, 29e). Si les Aiglons eurent un sursaut d'orgueil dans le quart d'heure qui suivit, ils manquèrent de spontanéité (Le Bihan, 44e), quand ils ne butèrent pas sur l'expérience - pour ne pas dire le vice, des axiaux Pallois (37e) et Diego Carlos (45e).

2e mi-temps : un tout autre Gym

Au retour des vestiaires, le Gym présenta un tout autre visage. Plus incisifs, les Aiglons trouvèrent la clé sur une phase arrêtée. Précis, Pierre Lees-Melou déposa un premier centre sur le crâne de Dante, un peu trop court pour ajuster sa tête (50e). Dans une position identique, excentré côté gauche, PLM récidiva 5 minutes plus tard. Arrivé comme une bombe au second poteau, Sarr convertit l’offrande (1-1, 55’).

Juste avant l’heure de jeu, suivit une minute folle, qui vit les deux formations trouver le montant adverse. C’est Saint-Maximin qui toucha du bois le premier. Après une percussion dont il a le secret, ASM frappa fort, au ras du sol. Puis Coulibaly l’imita, d’un incroyable manqué, seul face au but vide, après un centre tendu de Limbombé.

La balle de match d'Atal

Les hommes de Vieira intensifièrent leur pression en fin de match, grâce notamment aux entrées pleines de panache de Srarfi et Sacko. Mais la défense nantaise parvint, à chaque fois, à s’en sortir. Jusqu’à la dernière minute du temps additionnel, et un débordement de Youcef Atal, qui obtint un pénalty. Malheureusement, l’Algérien ne convertit pas la balle de match, butant sur Maxime Dupé, qui avait flairé le tir croisé. 

Les choix du coach Vieira

Au coup d’envoi, Patrick Vieira avait décidé de reconduire son dispositif en 4-3-3 avec 9 des 11 titulaires au Parc des Princes la semaine passée (1-1 face au PSG).

Le premier changement concernait l'arrière-garde. Burner, suspendu, était remplacé par Andy Pelmard, pour sa 3e titularisation dans l'élite. Aligné dans le couloir droit de la défense, le natif de Nice (19 ans) était accompagné par les tauliers Dante, Christophe Hérelle et Malang Sarr.

Au milieu de terrain, le coach azuréen avait renouvelé sa confiance au trio Lees-Melou - Tameze - Danilo.

La nouvelle du jour concernait l'attaque. En l'absence d'Ignatius Ganago (gêne au mollet) le Gym a enregistré le retour de Mickaël Le Bihan, dont la dernière titularisation en L1 remontait au 23 avril 2017 (1-1 à Toulouse). Le numéro 10 était épaulé par les flèches Youcef Atal et Allan Saint-Maximin.

Au retour des vestiaires, le coach niçois lança Bassem Srarfi, et fit sortir Pelmard. Le Tunisien prenait l'aile droite de l'attaque, tandis qu'Atal reculait d'un cran. Le coach effectua ensuite deux remplacement poste pour poste, Ihsan Sacko remplaçant Le Bihan (72e), puis JV Makengo suppléant Danilo (79e).

Les buts

28’ Coulibaly lance Limbombé, plein axe. Dante intervient dans les pieds du Belge, mais Moutoussamy suit bien. L'attaquant devance le tacle de Pelmard et conclut dans le but vide.

55' Le Gym obtient un coup franc excentré. Lees-Melou dépose le ballon sur la tête de Malang Sarr, qui surgit au second poteau. De la tête, le défenseur glisse le cuir dans un trou de souris, et inscrit son 2e but en Ligue 1.

L'Aiglon du mach 

F.H.

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 1-1 FC Nantes ( 0-1 à la mi-temps)

36e journée de L1 - Samedi 11 mai 2019

16 372 spectateurs

Arbitre : Stéphanie Frappart

Buts : Sarr (55e) pour Nice ; Moutoussamy (29e) pour Nantes.

Avertissements : Atal (81'), Srarfi (86') pour Nice ; Fabio (49'), Girotto (62'), Traoré (78') pour Nantes

OGC Nice : Benitez - Pelmard (Srarfi 46'), Hérelle, Dante, Sarr -  Tameze, Lees-Melou, Danilo (Makengo 79') - Saint-Maximin, Atal, Le Bihan (Sacko 72').

FC Nantes : Dupé, Fabio, Diego Carlos, Pallois, Traoré, Rongier (Evangelista 90+2'), Girotto, Touré, Limbombé (Boschilia 76'), Coulibaly, Moutoussamy (Lima 85').