Accueil Site officiel de l'OGC Nice

10 bonnes raisons d

Derby

17 février 2015

10 bonnes raisons d'aimer Nice - Monaco

Le folklore d'une arrivée « massive et groupée » donne toujours une saveur particulière aux déplacements des Niçois (et de leur peuple) en Principauté. Paradoxalement, ils sont encore plus attendus par les supporters que les réceptions du prestigieux voisin. Pourtant un Nice – Monaco, le derby géographiquement le plus proche, a toujours de quoi susciter les passions. Et celui qui arrive vendredi tout particulièrement. La preuve en 10 raisons.

 

Un côté "pratique"...

Pas besoin de se déplacer pour jouer à domicile

Une attaque un brin « chambreuse » mais de rigueur au moment de planter le décor de cette 26e journée de L1. Les supporters vantent souvent le plaisir éprouvé au moment de retrouver le Louis-II, ainsi que l'agréable sensation de s'y sentir comme « à la maison ». Cette fois, ils seront vraiment chez eux. Tous ensemble. Unis. Et avec l'extraordinaire caisse de résonnance offerte par l'Allianz Riviera.

 

Une manière idéale de lancer le week-end

Ne boudons pas le plaisir d'être la première affiche du 26e acte de notre championnat. Placée en fin de semaine et en ouverture de la journée, la rencontre a le statut d'"affiche". Par ailleurs, la dernière fois que les Aiglons ont joué un vendredi, ils se sont imposés dans un autre derby, face à l'OM. Une belle manière de lancer le week-end.

 

... Une dimension sentimentale

Au bon souvenir "d'Evi"

Nice – Monaco : le simple énoncé de l'affiche fait remonter à la surface des souvenirs enfouis mais impérissables. Nous sommes le 8 novembre 2002 (un vendredi...) Le Gym vient de remonter en première division. Everson le tout-puissant place le ballon devant la Sud, un peu avant la demi-heure de jeu. Le coup-franc du gaucher est repoussé par le mur, mais celui-ci est au rebond. Il amortit de la poitrine et conclut l'action de volée. Le Gym enlève le derby et signe à domicile son retour dans l'élite.

 

Ederson et son geste incroyable

Si de grandes choses peuvent survenir durant un Monaco – Nice (comme un 3-4 avec un triplé d'Agali), la réciproque ayant pour théâtre la capitale azuréenne est également valable. Petit rappel du match retour s'étant déroulé en 2004-2005. Nice ouvre le score par Florent Balmont avant que David Gigliotti, à l'heure de jeu, ne réalise un sublime ciseau pour replacer son équipe dans le droit chemin. Feu le Ray est bluffé. Mais il n'est pas au bout de ses surprises, puisque six minutes plus tard, un jeune Brésilien manque de faire exploser Léo-Lagrange sur une frappe venue d'une autre planète. La L1 découvre Ederson. Le Gym s'impose au terme d'une soirée rocambolesque gravée dans les mémoires collectives.

 

Avril 2011 : le bol d'air

Si quelques gestes de légendes ont marqué l'histoire de ces derbys, certains duels ont brillé par le contexte anxiogène qui les entourait. Ce fut notamment le cas du match retour de la saison 2010-2011. A la lutte pour le maintien, les deux équipes avaient bataillé lors d'une 31e journée sous tension... mais pas fermée. Grâce à des réalisations de Mounier, Civelli et Mouloungi, le Gym s'était finalement imposé (3-2, buts de Gosso et de Park côté monégasque), prenant ainsi une sérieuse option sur le maintien. L'ASMFC accusera le coup et sera finalement reléguée en L2 à la fin de la saison.

 

Un gros enjeu sportif !

Rester invaincu en 2015

Efficace et solidaire dans un premier temps, solide et rigoureux dans un second, l'OGC Nice reste sur une série de six matches sans défaite en cette année 2015. Une belle période l'ayant replacé à la 9e place de la L1. S'il peut regretter de ne pas être collé à son prochain visiteur avant de le recevoir (6 points séparent les deux équipes au coup d'envoi, même si Monaco compte un match en moins), le groupe de Claude Puel a tout de même la possibilité, en cas de succès, de revenir à portée de fusil des Rouge et Blanc. Et de se rapprocher des hauteurs du classement...

 

​Faire la loi dans la région

Nice – Monaco, Nice - Marseille : voilà deux derbys régionaux possédant assurément une place de choix dans les coeurs azuréens. Défait au Vélodrome en début d'exercice, le Gym a pris sa revanche sur ses terres au terme d'un duel enflammé, et devra répéter le même type de performance pour réaliser un 2 sur 2 face aux Monégasques en championnat. Important pour le tableau de marche, la confiance et l'orgueil.

 

Racheter les 2 premiers Nice – Monaco disputés à l'Allianz Riviera

La saison dernière, une "équipe galactique" de Monaco était venue s'imposer à l'Allianz Riviera, lors du premier derby disputé par le Gym dans son nouveau stade. Le tout sans qu'il n'y ait rien à redire (0-3). Deux mois plus tard, un but de Berbatov dans les prolongations vint douloureusement mettre fin à l'aventure des Aiglons en Coupe de France, portant le bilan à deux défaites pour deux rencontres dans la nouvelle citadelle. Deux souvenirs douloureux que les locaux peuvent balayer lors d'un troisième acte très attendu.

 

Faire revenir la réussite

Il y a des périodes où les petits détails qui font la différence ne penchent pas du bon côté. Lors des deux dernières sorties face à Nantes et au LOSC, ce petit « brin de réussite » selon la formule de rigueur n'a pas souri aux Aiglons, puisque deux buts leur ont été refusés à cause d'erreurs d'arbitrage. Vendredi, il s'agit désormais de faire "re-basculer" la balance du bon côté dans un grand rendez-vous.

 

Montrer une belle image à toute la France

« Bienvenue à l'Allianz Riviera ! » Cette formule - à laquelle les oreilles des fidèles du stade de la Plaine du Var sont habitués - aura cette fois un écho national. En effet, ceux qui n'auront pas la chance de se rendre dans les tribunes auront le loisir d'observer ce « derby de la méditerranée » en direct sur Canal + et beIN Sports. Une première cette saison pour un match niçois.

Constantin Djivas