Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Nice 0-2 Saint-Etienne

Compte Rendu

19 novembre 2011

Nice 0-2 Saint-Etienne

L'OGC Nice a fini à huit un match cauchemardesque, perdu (0-2) face à St-Etienne. Le Gym est relégable.A Nice, Stade du Ray, AS Saint-Etienne bat OGC Nice 2 à 0 (mi-temps 2-0).

8.599 spectateurs

Arbitre :
M. Buquet

Buts : Sinama-Pongolle (24è pen), Zouma (39è) pour St Etienne

Avertissements : Diakité, Pejcinovic, Mabiala à Nice ; Ghoulam, Sinama-Pongolle, Lemoine

Expulsions : Ospina (21è), Mouloungui (28è), Civelli (85è)

Nice : Ospina - Mabiala, Civelli (c), Pejcinovic, Monzon - Diakité (Guie Guie, 71è), Coulibaly, Abriel (Fernandez, 22è) - Dja Djedje, Pentecôte (Hellebuyck 58è), Mouloungui

St Etienne : Ruffier ? Ebondo, Paulao (Zouma, 9è), Marchal (c), Ghoulam ? Clément, Lemoine, Sako (Batlles, 59è), Nicolita ? Sinama Pongolle (Gradel, 87è), AubameyangDrôle de baptême du feu. René Marsiglia pouvait-il imaginer pires débuts à la tête de l'OGC Nice ? Pas sûr. Les Aiglons ont craqué ce soir, bien aidés par un arbitre dépassé, et concèdent leur seconde défaite de la saison à domicile. St-Etienne aura parfaitement su exploiter les failles niçoises et quitte la Côte les trois points en poche.

Après vingt minutes plutôt réussies, au cours desquelles les Niçois auront offert quelques séquences intéressantes, le match bascule. Une passe mal ajustée en défense centrale, une interception, et Aubameyang fonce vers Ospina. Le gardien colombien se couche dans les pieds de l'attaquant vert, qui se les prend dans le tapis. Double peine : penalty, carton rouge. Fernandez remplace Abriel et Sinama-Pongolle transforme la sentence.



Mission impossible

Cinq minutes plus tard, Eric Mouloungui arrive en retard sur Lemoine qui se tord de douleur. Ni une, ni deux : M. Buquet brandit de nouveau le carton rouge. A la demi-heure, Nice est à neuf et court derrière le score. Sur corner, Zouma vient définitivement tuer le peu de suspens qui subsistait...

La suite ? Un semblant de football, avec des Stéphanois jouant à la passe à dix en défense, des Niçois courant vaillamment derrière la balle, et tentant crânement leur chance à chaque récupération. Mais à neuf, la mission s'annonçait impossible. Courage et solidarité n'ont pas suffi, et il était écrit que Nice boirait le calice jusqu'à la lie. A cinq minutes de la fin, pour un tacle à retardement, Renato Civelli regagnait lui aussi le vestiaire? Sale soirée.