Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Favre : « Une passe très compliquée »

Interview

28 octobre 2017

Favre : « Une passe très compliquée »

En conférence de presse au Parc des Princes, Lucien Favre a reconnu la passe difficile de son équipe, qui ne parvient pas à trouver l'équilibre qui lui fait défaut.

Coach, Nice est enfermé dans cette mauvaise spirale avec une 4e défaite de rang en Ligue 1...
Ca peut être compliqué parce il y a une question de confiance, mais ça serait trop facile de résumer ça à de la confiance. On prend un but trop vite. Vous êtes menés d'entrée au Paris Saint-Germain ce n'est pas la meilleure des choses qui puisse arriver. On n'a pas fait une performance extraordinaire non plus, on l'a bien vu. Paris était meilleur, jouait plus vite, avait plus de mouvement. Ils pouvaient marquer en contre en faisant le jeu...
Je regrette quand même les deux premiers buts, le premier sur une balle arrêtée où on est un peu surpris, et le deuxième... c'est limite de prendre ce but.

Vous parlez du deuxième but, ce n'est pas la première fois que votre équipe pèche dans cette gestion de la profondeur.
Oui c'est vrai. Ce soir depuis le banc, on ne voit pas tous les éléments, c'est donc difficile à dire, mais de manière globale, il faut analyser ce que fait leur passeur. Est-il bien pressé ? Si oui on peut jouer plus haut. Si ce n'est pas le cas, il faut lire le jeu et laisser moins d'espace.

Comment expliquez-vous la différence avec la saison passée ?
Je l'ai dit au début de saison. Ce n'est pas le même contingent, pas la même équipe. J'ai dit d'entrée de saison qu'elle pouvait s'avérer compliquée. Il n'y a pas d'équipe facile en France du premier au vingtième. On l'a déjà vu l'an passé où beaucoup de matchs n'ont tenu à rien du tout. Cette année tout est un petit peu plus compliqué, ce n'est pas illogique.

Vous êtes revenu à une défense à 3 ce soir, comme face à la Lazio. Voulez-vous vous fixer sur ce schéma ? 
On ne peut plus changer trop de choses vous savez... Ce qui nous manque c'est l'équilibre de l'équipe. Ils viennent trop facilement en surnombre balle au pied. C'est trop facile de pénétrer dans notre camp. Il faut travailler pour être meilleur à la récupération du ballon, le plus haut possible. Le système c'est une chose, mais ce n'est pas vraiment une question de système je pense. Le plus délicat à trouver c'est cet équilibre défensif - offensif.

Vous avez laissé Souquet sur le banc, un de vos hommes de base de cette première partie de saison...
C'est un choix pour un match, ne cherchez pas plus loin. Je voulais voir Jallet à droite, revoir Burner à gauche. C'est tout.

Payez-vous l'accumulation des matchs, avec votre saison débutée dès le mois de juillet ?
Je ne veux pas parler de ça. Ce n'est pas une excuse. L'année passée ça s'est bien passé. C'est clair qu'en novembre - décembre, on va jouer 10 matchs en 31 jours, là ça fera beaucoup. Mais actuellement franchement ça va, on ne peut pas se cacher derrière ça.

Allez-vous devoir revoir fortement à la baisse les objectifs élevés que vous vous étiez fixés cette saison ?
Les objectifs élevés, c'est vous qui le dites, pas moi. Mais effectivement c'est une passe très compliquée pour nous. C'est délicat. On voit qu'il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Je l'ai déjà dit, tant qu'on ne sera pas meilleur à la récupération du ballon, on aura de la peine. C'est le cas dans tous les sports de ballon.

Cardinale a dû renoncer, Saint-Maximin vous a laissé à dix en sortant en fin de match sur blessure, pouvez-vous nous en dire plus ?
Non, pas vraiment. Pour les deux ce sont des problèmes aux ischios. C'est ce que m'a dit le médecin. Mais pour la gravité de la blessure, je n'en sais pas plus pour l'instant, ni pour l'un ni pour l'autre.