Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Petit cercle, grand choc

Europa League

17 octobre 2017

Petit cercle, grand choc

Tous groupes confondus, seules deux équipes ayant fait le plein depuis le début de l’Europa League s’entrechoqueront ce jeudi : le Gym et la Lazio. Un tour d’horizon des cylindrées à 6 points après 2 journées dessine un petit cercle qui donne encore plus de saveur à ce duel entre voisins.

Depuis le début officiel de la compétition, 9 écuries ont démarré la course pied au plancher. Proprement. Outre les Niçois et les Laziale, ces bons partants esquissent finement le portrait de la compétition. A fortiori de sa première phase.

Les poids lourds du continent, comme attendu, se sont lancés avec élan. Après un départ moyen en Serie A (10e), le Milan AC a cartonné l’Austria de Vienne (5-1) et s’est imposé face à Rijeka (3-2). Amenée par un André Silva prolixe (4 réalisations), la co-meilleure attaque de la phase de poules (avec le Gym de Plea et le Zenith de Kokorin, tous deux auteurs de 4 réalisations) a assuré un joli come back européen au club lombard.

Embed from Getty Images

Arsenal (6e de Premier League) a également tenu son rang face à Cologne (3-1) et le Bate Borisov (4-2).

Après avoir lutté, comme le Gym, pour accéder à la Ligue des Champions, le Dynamo Kiev, en habitué de la grande scène internationale, n’a pas tremblé lors de son entrée (victoires contre Skenderbeu et le Partizan Belgrade). Tout comme le Zénith St-Petersbourg (victorieux de Vardar et de la Real Sociedad), l’autre éléphant de l’est.


Culture et continuité


Finaliste de l’édition 2010/11, Braga confirme que peu importe les saisons, sa culture de l’Europa lui permet de ne pas louper ses premières foulées. 5es du championnat portugais, les protégés d’Abel Ferreira sont allés s’imposer à Hoffenheim (barragiste de la LDC) avant de s’offrir Istanbul Basaksehir chez eux. Dans le même temps, le Steaua Bucarest, fidèle au poste, cognait Plzen (3-0) et Lugano (2-1).

Embed from Getty Images

Enfin les Suédois d’Ostersunds ont confirmé à l’automne leur forme éblouissante de l’été. Exacte antithèse de « la surprise », les Suédois, tombeurs, en rafale, de Galatasaray, de Fola et du Paok Salonique en tours préliminaires, ont confirmé face aux Hongrois de Zorya et au Herta Berlin.

La preuve qu’un début parfait est tout sauf anodin. Qu’il oriente avec conviction mais ne conditionne rien.

La preuve, aussi, que le duel de jeudi possède toutes les composantes d’un vrai sommet...

C.D.