Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Lumière sur « lu Joves »

Gambardella

16 février 2017

Lumière sur « lu Joves »

Pour espérer démarrer une aventure, il leur faudra renverser un voisin. Dimanche, les U19 nationaux du Gym ont rendez-vous avec la Gambardella à Charles-Ehrmann (coup d'envoi à 15h). Ils y retrouveront Monaco, tenant du titre, à l'occasion d'un 16e de finale au sommet. En ce milieu de semaine, zoom sur « lu Joves »*.

98/99 : génération séparée

Le rendez-vous dominical sera avant tout celui d'une génération : celle des Aiglons nés en 1998 et 1999. La cuvée a déjà fait parler d'elle cette saison, à différents étages. Voilà pourquoi il faut se promener dans tout Charles-Ehrmann pour la voir à l'oeuvre. Jeter un oeil sur le terrain des pros, où Malang Sarr et Hicham Mahou démarrent la journée.


S'orienter plein nord et interrompre son chemin à l'entraînement de la CFA, où le noyau dur évolue. Puis poursuivre sa route jusqu'au complexe de la Plaine pour saluer le reste du groupe. Le football étant ce qu'il est, tous ne seront pas mobilisés dans les mêmes mesures ce dimanche, les pros et la réserve ayant également des compétitions à jouer. Tous auront néanmoins un rôle à tenir, « parce que cette Coupe, c'est leur bébé à eux », résume Thierry Malaspina. Tous l'ont d'ailleurs intégré et souligné avec un large sourire.

Malaspina : « On n'a rien a perdre »

3es de leur championnat, les U19 auront face à eux l'actuel leader du groupe D, « tenant du titre, qualifié en 8e de finale de la Youth League où il jouera contre le Real » détaille leur coach.


Un gros calibre, donc. Mais un calibre qui n'impressionne pas des petits Niçois gonflés à bloc. « Notre état d'esprit ? On a la rage! », embraye l'attaquant Youssef Abdelli, avant de planter avec mémoire le décor sportif de ce 16e de finale. « On les a rencontrés deux fois en championnat, ils nous ont battus deux fois (4-2 le 4 septembre, 3-2 le 3 décembre, ndlr). A l'aller comme au retour, on a loupé notre première période. Dimanche, on a l'occasion de se rattraper, il ne faut pas la laisser passer. »


« C'est un bon adversaire
, poursuit le milieu Alvaro Ngamba. Un peu comme au-dessus, quand on les laisse jouer, ça devient difficile. Pour la plupart, on se connait, car on se rencontre depuis les U17. On sait ce qu'on aura à faire... » « Et on aura rien à perdre » claironne le groupe, dans le sillage des idées de son entraîneur.

Souvenir, souvenir...

Le derby qui se profile ne sera pas une première. Il fait même naitre d'agréables souvenirs aux Aiglons et à leurs supporters. Et pour cause. En 2012, l'aventure des Bosetti, Amavi et consort s'était véritablement lancée face à ce même adversaire du Rocher. Par une après-midi ensoleillée et dans une ambiance survoltée. « Bien sûr que je m'en souviens, je l'ai vécue du banc », rembobine Thierry Malaspina. « Les banderoles, les chants, le monde, c'est vrai qu'il y avait un côté impressionnant » se souvient quant à lui le portier Hugo Hagege, 13 ans à l'époque de ce 8e de finale.


« C'était un sacré plus
, reprend le coach. Dimanche, ce ne sera pas exactement la même chose, car le match se déroulera au Parc Honneur et non aux Francs-Archers. Mais j'espère que le public se déplacera comme il s'était déplacé au Ray à l'époque, pour pousser les jeunes à réaliser LA performance. » Avant de conclure, un brin tatillon. « Attention, je ne parle pas d'exploit, mais bien de performance. »

Le rendez-vous est fixé. Au nom du futur et du passé.

C.D.

* Les jeunes, en Niçois