Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Les Aiglons prennent la température

Raja Casablanca 1-0 Nice

20 juillet 2013

Les Aiglons prennent la température

Dans un contexte dépaysant, les Rouge et Noir se sont inclinés devant le RAJA Casablanca, 1-0. Une première rencontre amicale qui a permis quelques essayages et livré des enseignements.

Une semaine après l'opposition interne de fin de stage à Divonne-les-Bains, Claude Puel et ses hommes ont pris part à la première rencontre amicale de leur préparation d'avant-saison. Cap sur Casablanca et le RAJA, club emblématique marocain. L'occasion pour les Rouge et Noir de s’immerger dans une ambiance démente, un an après un déplacement marquant à Constantine.

2h50 de vol et les Aiglons, partis de Nice en début d'après-midi, posaient le pied sur le sol africain. Le temps d'une (courte) sieste, d'une collation et ils rejoignaient le stade Mohammed V – 45 000 places – pour un coup d'envoi à 22h30, heure locale.

Abriel, Gomis, Delle, Guié Guié, Fofana ou encore Cvitanich restés sur la Côte, Claude Puel a emmené vingt-trois joueurs au Maroc, dont dix issus du centre de formation. Il associait par ailleurs Digard à Pejcinovic dans l'axe de la défense et titularisait Eysseric à la pointe de l'attaque. Papy Mendy honorait son premier match officiel aux côtés de Mahamane Traoré, un cran derrière Christian Brüls, meneur de jeu. 

Dans une enceinte quasiment pleine, galvanisés par une ferveur rare, les deux équipes entamaient la rencontre à tambour battant. Dès la cinquième minute, Eric Bauthéac, côté gauche, adressait un centre vers Jérémy Pied. La reprise de l'ancien Lyonnais s'écrasait contre le poteau. Sur l'un des nombreux corners qu'Eysseric frappera au cours de la mi-temps, Kolodziejczak plaçait une tête facilement captée par Khaled (12e). 

La minute suivante, les attaquants marocains interceptaient une transition de Digard à Grégoire Puel pour mettre Moutouali dans les meilleures dispositions. Le numéro 5 pénétrait dans la surface côté droit et ajustait David Ospina pour l'ouverture du score (1-0, 13e). Un numéro d'opportunisme et d'altruisme que le buteur a retenté dix minutes plus tard, cette fois contrarié par Ospina, bien sur ses appuis.

La générosité des locaux aura engendré de nombreux coups de pied arrêtés en faveur des niçois. Sur l'un d'entre eux à l'entrée de la surface, Eric Bauthéac enroulait quelques centimètres au-dessus de la lucarne (26e). Alerte et joueuse en dépit de l'avancement de sa préparation, la formation niçoise a monopolisé le ballon, sans parvenir à trouver la faille.

Au retour des vestiaires, dix des onze joueurs s'installaient sur le banc de touche. Seul Timothée Kolodziejczak repartait pour la deuxième période. Héritier du brassard, l'habituel latéral était associé à Moussa M'Bow dans l'axe et bordé à gauche par le jeune Jordan Amavi.

Dans un contexte toujours enflammé, Iajour filait dans le dos de la défense et allait se présenter face à Veronese. Un duel remporté par le portier niçois (56e). Très jeune, la deuxième équipe niçoise résistait avec caractère et tentait avec audace, sans réussite. Toujours à l'aise dans ses démonstrations techniques, Luigi Bruins y allait de sa frappe, sans grand danger (60e).

A noter la première apparition de Gautier Lloris au sein de l'équipe fanion. Majeur depuis la veille, le stoppeur gauche – bizuté en chanson à l'heure du repas – est entré à l'heure de jeu à la place de Timothée Kolodziejczak (Lloyd Palun récupérait à son tour le brassard). Plus décousue, la deuxième mi-temps n'aura accouché d'aucun but

Le premier match d'une série chargée. Rentrés au petit matin, les coéquipiers de Jérémy Pied s'envoleront pour la Grèce dès mardi pour un nouveau test contre le PAOK Salonique. Quatre jours plus tard, ils fileront à Faro (Portugal), pour se mesurer au Benfica.