Cologne 2-2 Nice

Qualifiés !!!

A l’issue d’un match intense et d’une fin de soirée irrespirable, l’OGC Nice a partagé les points avec le FC Cologne lors de la dernière journée des poules de la C4 (2-2). Le Partizan Belgrade ayant été tenu en échec par Slovácko (1-1), les Aiglons terminent en tête du groupe D et se qualifient directement pour les 8èmes de finale de la compétition.

Que d’émotions, quelle intensité et quelle belle soirée ! Dans un match d’abord équilibré où chaque équipe a eu ses temps forts, Nice a souffert pendant une grosse demi-heure en fin de partie, mais le Gym a tenu, avec courage, force et abnégation. Porté par un grand Kasper Schmeichel et une solidarité de tous les instants, le groupe rouge et noir verra l’Europe au mois de mars 2023. Les 8èmes de finale, pour être précis, en profitant du résultat favorable à Belgrade et d’un goal average particulier favorable face aux Serbes (nul et victoire du Gym).

Dans un RheinEnergieStadion à guichets fermés (plus de 50000 supporters) et devant 600 valeureux niçois, Nice pris la rencontre par le bon bout. Placés dans un 4-4-2 avec Brahimi dans le couloir gauche et Boudaoui en « homme libre » du couloir droit, les Aiglons furent sauvés d’entrée de match par Schmeichel, auteur d’une double parade sur Adamyan (7’).

Au cœur d’une première période très équilibrée, chaque équipe mit l’autre en difficulté, et sur une pelouse rendue grasse par la pluie abondante, le 11 azuréen fit basculer la rencontre en 3 minutes. Avec, à chaque fois, un Billal Brahimi décisif. Le Fennec, titulaire pour un 3ème match de rang, fut merveilleux lorsqu’il eut le jeu devant lui. Et fit des différences énormes, par sa vitesse, sa percussion et ses crochets dévastateurs. À la 40ème minute, il acheva son débordement express par un centre dangereux, au point de pénalty, dans la même zone que face au Partizan, sur l’ouverture du score de Pepe. Sauf que cette fois, Boudaoui se précipita pour conclure, fut contré, et Gaëtan Laborde termina le travail en deux temps. Son « tacle-tir » du droit contré, l’ancien Rennais se releva, enrhuma son vis-à-vis et conclut du gauche. Son 3ème but avec le Gym et son 2ème consécutif, après Lorient (0-1, 40’).

À l’origine de la première réalisation, Brahimi s’invita à la conclusion de la deuxième. Trouvé par une passe magnifique de Youcef Atal, consécutive à une récupération haute, l’ancien Angevin eut un duel à jouer devant la surface allemande. Il fit mine de prendre de la vitesse et, intelligemment, frappa entre les jambes de Schindler, pour offrir le break aux siens (0-2, 3’).

Le Gym plie mais ne rompt pas

Le break, malheureusement, ne résista pas à l’entame de second acte. Auteur d’une série de parades impressionnantes lors de la première partie du match, Schmeichel ne put rien faire sur une frappe puissante de Huseinbasic entre ses jambes (1-2, 48’), ni sur un tir dans la surface de Duda, 12 minutes plus tard (2-2, 60’). Alors que Cologne fit le plus dur et qu’il restait une demi-heure à jouer, l’affaire sembla mal embarquée. Le Gym manqua de précision dans ses ressorties, recula, plia. Il crut même craquer sur un but intervenu 1 minute après l’égalisation, finalement refusé pour un hors-jeu complètement justifié.

Mais le Gym ne rompit pas, dans le sillage d’un axe Dante-Todibo héroïque et d’un gardien omniprésent. Lucien Favre lança du sang frais (Lotomba, Diop, Ramsey) et fit évoluer son système en en 4-5-1, avec Boudaoui et Ramsey devant Lemina, Pepe et Diop dans les couloirs, puis Laborde devant. Les entrants offrirent un nouveau souffle au groupe. L’orage passa. Nice repartit vers l’avant et aurait même pu prendre le large si Pepe était parvenu à tromper Schwabe sur sa spéciale, après un bon service de Ramsey (86’). Après avoir dépensé beaucoup d’énergie en entame de seconde période, les Boucs manquèrent un peu de jambes en fin de partie. Les Aiglons, malgré une myriade de longs ballons, concédèrent peu d’occasions franches. Et purent exulter après 5 minutes d’arrêts de jeu et le coup de sifflet final.

Nice verra les 8èmes de finale d’une compétition continentale au mois de mars. Un nouveau défi. Une nouvelle aventure !