Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Galtier : « Être performant sur la totalité du match »

Réaction

19 septembre 2021

Galtier : « Être performant sur la totalité du match »

Coach, on a vu un Gym aux deux visages dans cette rencontre. 
On a subi l’organisation des Monégasques et leur possession. On n’a jamais su trouver les espaces. Ça a donné une première période très poussive et, fort logiquement, Monaco a ouvert le score sur un but bien mené dans sa construction. Ça a été totalement différent en deuxième période. On a fait en sorte que le match s’ouvre beaucoup plus avec plus de courses vers l’avant, du rythme et de la vitesse dans les transmissions. L’équipe a montré un autre visage sur cette seconde période, face à une équipe préparée pour l’Europe depuis maintenant quelques mois. J’ai apprécié le mouvement et l’investissement qu’ont mis les joueurs en deuxième période.

Est-ce que la frustration est le sentiment qui domine après ce match ?
Oui, mais Monaco aurait pu aussi emporter ce match. Le scénario fait qu’on a la balle de match. Alors évidement, il y a un peu de frustration, mais pour battre ces équipes de haut niveau il faut être performant sur la totalité du match. On était loin de l’adversaire en première période et très loin les uns des autres avec le ballon, sans liant dans notre jeu. En deuxième on a été beaucoup plus haut et on sortait avec beaucoup plus de conviction sur l’adversaire, il y a eu plus de jeu combiné aussi et on a marqué deux beaux buts. Il y a une frustration de par la chronologie des faits, mais je crois que les deux équipes auraient pu l’emporter et que finalement ce nul est équitable.

Considérez-vous dès lors que vous avez gagné un point ou perdu 2 cet après-midi ?
Sur la chronologie du match ce sont deux points perdus, mais encore une fois Monaco aurait pu nous sanctionner à un certain moment, notamment en seconde période sur un face à face. Ça s’est joué à pas grand-chose. Sur le penalty de Monaco, je regrette qu'on se soit laissés surprendre de manière naïve. Sur la faute, mais déjà au départ de l'action. On a regardé un joueur de Monaco qui était au sol et on les a laissés jouer ce qui a mené au penalty. Je n’aime pas dire qu’on est dans une phase d’apprentissage parce qu’on n’a pas le temps d’apprendre quand on est dans la compétition, mais ça doit nous servir de leçon. On doit avoir plus de métier quand on mène au score. Il faut avoir une maîtrise de la situation et être plus malin pour mener au score plus longtemps.

Avez-vous élevé la voix à la mi-temps dans le vestiaire ?
Je n’ai pas élevé la voix, j’ai demandé à ce que mon bloc équipe soit beaucoup plus haut pour pouvoir au moins avoir les deuxièmes ballons parce qu’on était coupés en deux avant la pause et les deux milieux monégasques (Tchouaméni et Fofana) étaient dans un fauteuil. C'est la première fois que nous étions menés au score (0-1 à la pause) et ça a été le thème de ma causerie. Il fallait faire plus et autrement et j’attendais avec beaucoup de curiosité la réaction de mon équipe. Ils ont montré qu’ils étaient capables de faire plus et de jouer différemment dans un match qui paraissait mal embarqué face à un bon adversaire. Dès qu’on a commencé à gagner une dizaine de mètres, il y avait alors plus de densité. On était plus présent dans la conquête du ballon au milieu et plus proche du but adverse.

Qu’avez-vous pensé de l’entrée de Delort et de son association avec Gouiri ?
Il est entré en première période à l’image de ses partenaires, mais a été très intéressant après la pause, très dangereux. Il est déjà intégré à la fois au modèle de jeu et à la relation avec ses partenaires. Je ne suis pas surpris parce qu’il connaît la Ligue 1 et quelques coéquipiers déjà. C’est un « vrai footeux », il a cette relation au jeu. Son association avec Amine était déjà intéressante à Nantes (0-2). Cette fois Amine délivre un bon centre du gauche et Andy est un très bon joueur de tête. Il y a de la complémentarité. J’ai 3 attaquants de qualité avec aussi le jeune Evann Guessand qui va arriver. On a des semaines d’entraînement on peut travailler, créer des automatismes et le fait que les uns et les autres soient très investis permet de s’intégrer rapidement.