Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Le carnet de bord de Julien Fournier (extraits)

Revue de presse

17 septembre 2021

Le carnet de bord de Julien Fournier (extraits)

L'OGC Nice a été au cœur d'un été riche. Alors qu’il en a été l’un des principaux acteurs, Julien Fournier, Directeur du football, en dévoile les coulisses dans un carnet de bord paru ce samedi matin dans France Football. De l’arrivée de Christophe Galtier à celle d’Andy Delort, en passant par les premiers matchs de la saison et les graves incidents contre l’OM, Julien Fournier retrace tous les sujets qui ont fait l’été niçois.

L’arrivée de Christophe Galtier

C’est le 29 juin dernier que Christophe Galtier a été officiellement présenté comme le nouvel entraîneur de l’OGC Nice. Le Directeur du football revient alors sur les jours ayant précédé la venue du coach et les discussions menées avec le club nordiste « (Galtier) imaginait une sortie plus aisée, vu ce qu’il avait apporté au club. Il souhaitait s’en occuper seul avec son président, mais a reçu une fin de non-recevoir et la situation s’est tendue. C’est à ce moment-là que nous avons pris contact avec le LOSC. On n’avait aucun doute sur l’issue de la négociation, mais il a fallu tenir la barre sans répondre aux provocations, sans alimenter le débat dans les médias. On nous accuse d’avoir travaillé dans le dos du LOSC, c’est faux ! » Après « une prise de contact en début d’année » puis deux entrevues en mars, l’ancien entraîneur de Saint-Etienne choisit le projet du Gym.

Le mercato

Directeur du football de l’OGC Nice, Julien Fournier est au premier rang des discussions durant le mercato. Deux mois durant, il cherche à combler les manques constatés avec Christophe Galtier au sein de l’effectif rouge et noir : « La priorité, ce sont des joueurs de côté pour aboutir au 4-4-2 qu’il veut installer. S’il y a un effort financier à faire, ce sera pour ce secteur. Gouiri a dépanné, mais c’est un joueur d’axe » explique-t-il. « Dans mon bureau, l’équipe figure sur un paperboard, avec les trous à combler. J’ai le même chez moi. Où que je sois, je l’ai en tête. Chaque été, c’est la même chose, je suis complètement focus sur ce mercato dont on dit qu’il rend fou. » Fournier multiplie alors les prises de contact et les rendez-vous. Pour France Football, il rapporte ainsi s’être rendu à Eindhoven le 22 juillet, au lendemain du départ du groupe pour le stage de Divonne, afin de travailler sur la venue de Pablo Rosario. Une manière de faire qui correspond au « besoin de rencontrer le joueur physiquement, de discuter avec lui. Et je crois que le joueur a aussi le besoin de se sentir désiré. »

Annoncé fin juillet, le milieu de terrain est alors l’un des trois joueurs néerlandais qui rallie Nice cet été (avec Clavin Stengs et Justin Kluivert). « Une question d’opportunités » convient Julien Fournier, « mais également une volonté de gagner du temps : Stengs, Kluivert, Rosario, voire Kasper (Dolberg), passé par l’Ajax Amsterdam, se connaissent ».

Le début de saison et les incidents contre l’OM

Sur le terrain, les complémentarités s’affichent assez rapidement malgré une première sortie en championnat face à Reims (0-0) que Julien Fournier juge « frustrante ». Après le nul initial, vient Lille qu’il interprète alors pour Christophe Galtier comme « un signe, une façon de basculer définitivement du côté de Nice, même s’il était là et bien là depuis quelques semaines. »

Après le large succès en terres nordistes (0-4), l’OGC Nice va connaître une soirée « triste et décourageante » contre l’OM. Dans un stade à guichets fermés, les débordements interrompent un match que le Gym menait 1-0. « C’est allé trop loin à cause de quelques prétendus supporters » déplore Julien Fournier dans France Football. « On ne travaille pas dans le foot, on ne pratique pas ce sport pour vivre ça ! » Des événements que le Directeur du Football et Christophe Galtier ont rapidement cherché à éliminer des têtes des joueurs « On a insisté pour basculer dans le match de Bordeaux. Il fallait vite se mobiliser sur autre chose et ne pas se laisser engloutir par les polémiques démagogiques. Vu la performance de l’équipe (4-0), le message est bien passé. »

Andy Delort, dernière arrivée

Si les internationaux ont ensuite rejoint leur sélection respective, Julien Fournier a profité des ultimes jours du mercato pour combler un dernier besoin dans l’effectif rouge et noir. Ciblé par Christophe Galtier, Andy Delort a rejoint le Gym et été officiellement présenté ce vendredi 10 septembre. « On a bien travaillé et c’est le résultat de l’investissement de tous, des scouts à la cellule recrutement, de la direction aux actionnaires qui nous font confiance. Jim Ratcliffe, John Reece et Andy Currie (les copropriétaires d’Ineos). On mesure chaque jour la chance que le club a de les avoir » commente le Directeur du Football. S’il reconnaît que « certains essaient de faire monter les enchères parce qu’Ineos et sa puissance financière », Julien Fournier se satisfait d’avoir su saisir des opportunités cet été dont celle menant à l’ancien buteur de Montpellier après avoir creusé plusieurs pistes dans ce secteur de jeu : « On a travaillé pendant trois mois sur un prêt qui n’a pas abouti. Un club nous a proposé un joueur pour 10 M€, trop cher et pas le profil recherché. En fin de mercato, quand les masques tombent, il nous a été proposé libre avec participation au salaire. C’est parfois l’heure de la grande braderie. A priori, le dossier Delort n’était pas dans nos cordes, mais la porte s’est entrouverte quand Andy a manifesté son envie de voir ailleurs et on a mis le pied dedans. Il voulait nous rejoindre. Avec Laurent (Nicollin), ce sont toujours des discussions saines. Il est pragmatique. Il a compris la volonté du joueur de passer un palier, il n’a pas cherché à le retenir. » Un dernier renfort de poids pour clore un été chargé et compléter « un effectif de qualité et équilibré » commente Fournier, satisfait « (d'être) parvenus à (faire) ce qu'on souhaitait. »

Retrouvez en intégralité le carnet de bord de Julien Fournier dans France Football, disponible en kiosque depuis samedi dernier et en ligne.