Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Le Gym en « Oranje »

Focus

21 juillet 2021

Le Gym en « Oranje »

Avec Calvin Stengs et Justin Kluivert, l’OGC Nice s’est teinté de « Oranje » en cet été 2021. Avant les deux ailiers internationaux, qui sont les 6 autres Hollandais à avoir enfilé la tunique rouge et noir ? Petit escapade dans 117 ans d’histoire.

Dick Van Dijk

La trace qu’il laissa au Gym et à l’Ajax est tellement forte qu’elle a inspiré un match amical entre les anciens des deux clubs, pour célébrer sa mémoire, 20 ans après sa mort. Magnifique, Van Dijk reste deux saisons à Nice, entre 1972 et 1974. Assez pour dribbler, séduire, régaler et marquer durablement l’esprit de tous ceux qui ont eu la chance de le voir jouer. De tous ceux, aussi, qui ont eu le privilège de soutenir cette équipe de magiciens, joueuse mais pas titrée, qui fait encore parler d’elle et briller les yeux. Avec l’aigle sur le coeur, Van Dijk, attaquant « d’un autre monde » 7 fois international hollandais, inscrit 33 buts en 72 matchs.

Rudolph Hendrick (Ruud) Kaiser

Né à Amsterdam (en 1960) et formé à l’Ajax, Ruud Kaiser appartient à Antwerp lorsqu’il dispute ses premiers matchs en tant qu’Aiglon, durant la Coupe d’Eté 1982. Transféré avant la 3ème sortie dans cette compétition, il claque 8 buts en 43 matchs sur la Côte d’Azur, entre 1981 et 1984. Le tout en effectuant une pige d’une saison à Coventry (1981-82), sous la forme d’un prêt.

 

Arjan Vermeulen

Un seul souvenir suffit parfois à tout résumer. Surtout lorsqu’il renvoie au dernier trophée soulevé par le Club. Le 10 mai 1997, lorsqu’il prend ses responsabilités après une parade décisive de Bruno Valencony devant Claude Michel lors de la séance des tirs au but, les Niçois retiennent leur souffle.


Numéro 12 au dos, serre-tête ajusté, tempes bien dégagées, Arjan Vermeulen ne tremble pas, prend Angelo Hugues à contrepied, avant de partir dans dans une course folle retrouver les fans du Gym, pour célébrer la victoire en Coupe de France acquise contre Guingamp. Outre ces actions restées dans les mémoires, le défenseur né à Culemboug participe à 31 rencontres avec les Aiglons. La majorité lors d’une saison paradoxale, où le groupe lève la Coupe de France mais descend en D2. D2 où il ne pendra part qu’à 6 sorties, avant de retrouver sa terre natale, sous les couleurs de Maastricht.

Erik Regtop

Hendrik Jan - surnommé "Erik" – Regtop effectue une brève apparition à l’OGC Nice au cours de l’année 1998. Lui aussi formé à l’Ajax, passé par Groningen, Velsen, Heerenven, Bradford et Saint-Gall, le milieu défensif dispute 9 rencontres avec l’équipe première des Aiglons, entre janvier et mars 1998. A l’époque, les Rouge et Noir luttent en D2. Au cours de ses 9 apparitions, Regtop signe deux buts, face à Toulon (en Coupe de France) et Nancy en championnat.

Luigi Bruins

International espoirs hollandais, Luigi Bruins s’engage avec le Gym le 15 janvier 2013.

Elégant, le meneur de jeu ne parvient jamais à trouver son rythme de croisière au bord de la Grande Bleue, malgré une technique soignée. A son actif, 27 matchs en 2 saisons (de 2012 à 2014) et un but, au Ray, face à Troyes.

Wesley Sneijder

Superstar de la planète football, monument de la sélection batave, avec qui il dispute la finale de la Coupe du Monde 2010 (perdue 0-1 face à l’Espagne), Wesley Sneijder crée la sensation lorsqu’il rallie le Comté, pendant le mercato de l’été 2017.

Vainqueur de la Ligue des Champions 2010 avec l’Inter, longtemps considéré comme l’un des meilleurs joueurs du monde, le n°10 y reste 6 mois, en courant sans cesse derrière sa meilleure forme physique. Après 8 petits matchs, il quitte Nice le 5 janvier 2018, et s’engage au Qatar, dans les rangs du Al Gharafa SC.

Et aussi...

Koczur Ferry

Né de parents hongrois et naturalisé Français le 27 janvier 1950, Koczur Ferry ( Ferenc Koczur de son nom d’origine) a lui aussi vu le jour au pays de Van Gogh. Défenseur de talent, il est sélectionné avec les Bleus (3 capes) et prend part à 130 rencontres avec le Gym (10 buts) entre 1956 et 1961. Sacré champion de France en 1959 avec les Aiglons, celui qui évolue également à La Combelle et Saint-Etienne devient l’entraîneur du Gym lors de la saison 1978-79. Et accède à la postérité, pour l’anecdote, dans la capitale du Comté, où un stade porte son nom au nord de la ville.

C.D.
Source : Michel Oreggia