Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Ursea : « Je suis fier »

Réaction

9 mai 2021

Ursea : « Je suis fier »

Satisfait, Adrian Ursea a analysé le succès arraché contre Brest (3-2) face à la presse.

Vous êtes-vous dit que l’expulsion était un énième coup dur ?
Oui. Le fait aussi qu’on a perdu Morgan Schneiderlin avant le match, c’était une difficulté supplémentaire. Mais ça fait un bon moment que j’avais dit que ce serait comme ça jusqu’à la fin. Je pense qu’on aura encore des surprises sur les deux derniers matchs. Il faut s’adapter et faire le nécessaire pour trouver des solutions. 

Aujourd’hui votre équipe a parfaitement réagi pour aller chercher la victoire à 10…
Ça a été une belle réponse à tout le monde. Ça fait un moment qu’on entend à gauche et à droite qu’on va lâcher car on n’a plus rien à jouer, surtout après Dijon. Derrière il y a eu Montpellier, on apporte toujours des réponses, donc j’aurais préféré sincèrement qu’on nous considère différemment. On essaie toujours de performer, on en a toujours l’intention. Des fois on y arrive, d’autres pas mais ce n’est pas de la mauvaise volonté. On a toujours été animés d’une bonne volonté, on le sera toujours. Aujourd’hui, on aurait pu lâcher quand on était à 10. Mais non. L’équipe est bien revenue et, surtout, ce qui me fait plaisir, c’est qu’elle a continué à jouer. Je trouve qu’on ne le souligne pas assez. Quoi qu’il arrive, même quand on s’est sorti des difficultés, quand on était 15 ou 16èmes, on s’en est toujours sorti en gardant notre fil rouge et notre jeu. Ce sera le cas jusqu’à la fin. 

Êtes-vous fier de la performance du collectif ?
Je suis vraiment fier, bien sûr. On ne peut que l’être quand on voit l’équipe jouer de cette manière-là. Je le suis un peu moins quand on encaisse des buts sur ce qui est le point fort de cette équipe. On le savait pertinemment, on l’avait vu, mais ça s’est passé malgré des avertissements. Je suis très satisfait lorsque l’équipe réagit comme ça et que les joueurs qui sont appelés à rentrer amènent quelque chose. C’est très bien ainsi. La saison est moyenne de notre part, mais je suis quasi-convaincu qu’elle va être bien analysée et utilisée par le club. Elle servira terriblement pour la suite et la saison prochaine. 

Rony Lopes et Alexis Claude-Maurice ont fait très mal entre les lignes...
Oui. C’est ce qu’on avait préparé. On savait que Brest mettait beaucoup de densité côté ballon. Il fallait absolument utiliser au maximum toute la largeur. En première mi-temps, on pouvait revenir au score, on se rapprochait de plus en plus du but adverse et on se créait des occasions en partant d’un côté pour aller jouer de l’autre et en essayant de libérer le talent de Rony, Youcef et Hassane. Ça a été l’une des clefs du match. Même après l’exclusion, on a continué de la sorte, en utilisant au maximum la largeur. Je pense que c’est ce qui les a beaucoup mis en difficulté. 

Justement avez-vous revu les images du carton rouge de Lees-Melou ?
Honnêtement, je trouve que c’est scandaleux, et je pèse mes mots. Il n’y a pas d’intention de faire mal. En plus de ça, on a l’aide de la vidéo, on peut voir véritablement s’il y a intention ou pas. Pierre joue le ballon. Lorsqu’il voit qu’il ne peut pas terminer son geste, il accompagne le ballon. Je trouve terriblement injuste cette expulsion. Ce que je trouve d’autant plus regrettable, c’est qu’on prenne cette décision alors qu’on n’est pas entouré par l’émotion de milliers de spectateurs. On est seulement entre nous, il y a la vidéo, et il y a cette décision. 

Comment qualifiez-vous le match d’Alexis Claude-Maurice ?
Il a été énorme, une fois de plus. On voit un joueur en pleine confiance, qui prend des risques. En tant que spectateur, je paierais mon billet pour aller voir des joueurs comme ça. Ce sont eux qui enchantent les foules. Lorsqu’on peut avoir des footballeurs pareils, le football est beau. Il est en train de grandir, de tracer son chemin. Je suis très heureux pour lui et on l’est tous. On le voit encore grandir, je pense que lui-même ne connaît pas ses limites.

Celui de Hicham ?
Il se trouve dans la 3ème semaine du ramadan. A Lille, quand il était moins bien, je ne voulais pas prendre ça pour excuse. Il a mangé pour la dernière fois à 5h du matin. Il a réussi à se nourrir après le but encaissé à Lille, car c’est à partir de là qu’il pouvait manger. C’est tombé comme ça. Une journée entière sans boire et manger, c’est énorme. Aujourd’hui le match était un peu plus tôt mais on sait ce qu’un jeûne demande, donc aligner des performances comme ça est énorme. Je le dis aussi pour Youcef. Il y des joueurs qui se trouvent dans le même cas dans les autres équipes, donc je ne veux pas trouver d’excuse. Mais je parle pour mes joueurs : lorsqu’on arrive à enchaîner des courses à haute intensité, les répétitions d’efforts, et à afficher un tel volume, chapeau bas.