Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Aiglon du match : Gouiri enchaîne !

Supporters

4 mars 2021

Aiglon du match : Gouiri enchaîne !

Amine Gouiri est votre Aiglon Crédit Agricole de la 28ème journée, où le Gym s’est imposé contre Nîmes (2-1). Avec 32 % des suffrages, l’attaquant des Aiglons devance Youcef Atal (25%) et Jean-Clair Todibo (14%).

Au milieu de la nuit, la lumière vint encore de lui. Lui le meilleur buteur des Aiglons cette saison, travailleur, accrocheur, talentueux et généreux. Dès la 4ème minute, Amine Gouiri permit aux siens de virer en tête, sur un appel d’avant-centre, le poste où il démarra les débats, avant de retrouver le couloir gauche à l’arrivée de Dolberg sur le pré. Sur l’appel en question, réalisé à haute intensité, le n°11 quitta l’axe pour mieux le retrouver, en se déportant sur la gauche, puis en piquant sur son droit. Deux touches, sèches et tranchantes, un contrôle de l’extérieur et une frappe de l’intérieur, lui permirent de tromper Reynet au premier poteau.

Derrière cette 15ème réalisation de la saison (le 11ème en L1), Gouiri ne lâcha rien. Il continua à courir, à se rendre disponible (60 ballons touchés), à défendre (2 tacles), à attaquer avec justesse (88 % des passes réussies). Prit part à la majorité des bons coups offensifs. S’orienta dans la surface mais manqua de puissance à la 43’ ; s’appuya sur Lees-Melou pour chercher à enrouler, avant de tomber sur son 6ème poteau de l’exercice (65’) ; servit parfaitement Dolberg en retrait, qui manqua le cadre (76’). Puis finit par lever les bras sur le but salvateur de Claude-Maurice où pour une fois, il ne fut pas impliqué directement.

Youcef Atal obtient la médaille d’argent. Capable « de faire des ravages en un contre un », dixit le coach Ursea, l’international algérien a prouvé que le terrain lui manquait autant qu’il manquait au terrain. Plus apparu depuis le 23 janvier à Lens, il évolua au poste d’ailier droit. Créa de grosses différences, lança deux mouvements brûlants en 3 minutes, avant l’ouverture du score de Gouiri, puis faillit signer son retour par un but, après un enchaînement « feinte de frappe – tir du gauche » dans la surface, qui termina à côté (22’). Après une heure pleine, Atal céda sa place à Dolberg.

Enfin Jean-Clair Todibo se classe 3ème de l’élection (14 % des voix), devançant d’une courte tête Benitez et Claude-Maurice, deux grands hommes de la soirée (13% chacun). Aligné en défense centrale, Todibo sortit une copie « à la lui », en mélangeant agressivité défensive et audace dans la relance. Niçois le plus sollicité de la rencontre (115 ballons touchés), il se montra également le plus précis (90 % des passes réussies) et fut l'homme qui récupéra le plus de ballons sur le terrain (9).