Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Nice - PSG : le onze des belles histoires

Rétro'

18 septembre 2020

Nice - PSG : le onze des belles histoires

Ce dimanche, la rencontre entre Nice et Paris sera la 72e de l’histoire entre les deux formations dans l’élite. Depuis le 12 février 1972, Niçois et Parisiens se sont opposés à 36 reprises sur la Côte d’Azur, entre le stade du Ray et l'Allianz Riviera. Avant le 37e rendez-vous ce dimanche (coup d’envoi à 13h), retour sur onze Aiglons ayant laissé une trace quand cette affiche se disputa dans le Comté.

David Ospina

Avec 5 Nice - PSG disputés, David Ospina est le gardien qui détient le record d’apparitions dans cette affiche côté niçois (à égalité avec Dominique Baratelli). Entre 2010 et 2014, le portier colombien a notamment contribué à deux succès sur les Parisiens (1-0 le 20 mars 2010 et 2-1 le 12 janvier 2012) et tenu sa cage inviolée à 2 reprises.

Ricardo Pereira

S’il n’a disputé qu’un seul Nice - PSG (le 30 avril 2017), le latéral portugais a laissé dans cette affiche une trace indélébile. D’abord passeur sur l’ouverture du score de Mario Balotelli (1-0, 26’), Ricardo Pereira doublait la mise d’une superbe frappe du gauche. Une merveille qui a été élue plus beau but du Gym depuis la remontée du club dans l’élitepar les suppoters (2-0, 48'). Si le PSG réduisait le score par Marquinhos (2-1, 64’), Donis parachevait le succès des rouge et noir (3-1, 90’+2), mettant un terme à près de 5 ans sans victoire face au PSG.

Sammy Traoré

Le joueur formé à l’US Créteil a trouvé les filets à 2 reprises en 3 Nice - Paris. Pour l'heure, aucun défenseur azuréen n'a fait mieux. Un soir de janvier 2006, dans un Ray incandescent, le défenseur faisait basculer le stade dans la folie à deux minutes du terme. Sur un corner de Sébastien Roudet, il s'isolait au cœur de la surface et trompait Lionel Letitzi. Victorieux 1-0, les Aiglons arrachaient leur premier succès à domicile face au PSG depuis 18 ans ! La saison précédente, le Malien avait déjà marqué dans cette affiche, sur penalty, pour décrocher un point (1-1).

Onyekachi APAM

Contrairement à Traoré, Apam n’a jamais trouvé le but en rouge et noir face au PSG, mais le défenseur a marqué l’historique de ces confrontations en étant l’un des hommes de base de la meilleure série niçoise. Entre les saisons 2005/06 et 2009/10, le Gym s’est imposé à 5 reprises au Ray face à des Parisiens contre qui il n’avait jusque-là jamais enchaîné plus de 3 succès. À l’occasion de 4 de ces 5 victoires, Onyekachi Apam était installé dans la défense, en participant notamment à l’obtention de 3 clean sheets.

Jean-Paul Rostagni

Formé au Cavigal, Jean-Paul Rostagni a fini sa carrière au Gym en 1975. Avec le maillot rouge et noir, le défenseur n'a pris part qu'à une seule rencontre opposant Nice à Paris. Et il n'a pas manqué ce rendez-vous ! Ce 27 août 1974, il ouvrait le score dans un match fou, riche de 6 buts, et au terme duquel les Aiglons signaient le tout premier de leurs 13 succès à domicile face au club de la capitale (4-2), alors tout fraîchement débarqué en D1.

Jean-Paul Rostagni (4ème depuis la gauche au dernier rang) et l'effectif de l'OGC Nice saison 1974-1975.

Daniel Bravo

Il est l’un des noms qui revient le plus fréquemment quand il s’agit de se replonger dans l’histoire commune des deux clubs. Avec le maillot rouge et noir, le "Petit Prince" a débuté en pro à 17 ans, à un poste offensif où il a affiché de suite ses qualités de finisseur. À Nice, Bravo a pris part à 3 rencontres face à des Parisiens contre qui il ne s’est jamais incliné et a même inscrit 3 buts. Le 17 octobre 1981, il réussissait un doublé et permettait aux siens d’arracher un match nul (2-2). 7 années plus tard, il marquait une nouvelle fois à l’occasion d’un succès 3-1, avant de rejoindre Paris pour 7 saisons.

Valentin Eysseric

Le 1er décembre 2012, le PSG « version QSI » et ses stars se déplacent sur la pelouse du Ray. Thiago Silva, Zlatan Ibrahimovic et Ezequiel Lavezzi pensaient arracher le nul après que le Suédois eut répondu à l’ouverture du score de Bauthéac. C’était sans compter sur l’abnégation des Aiglons qui récupéraient le ballon haut avant de se projeter rapidement vers l’avant. Au second poteau sur un centre du premier buteur de la partie, Eysseric ajustait parfaitement sa reprise, trompait Sirigu au premier poteau et offrait au peuple Rouge et Noir un succès de prestige.

Marama Vahirua

Le 9 mai 2007, c’est un match ô combien important qui se joue au stade du Ray entre un Gym et un PSG qui n’ont pas encore assuré leur place en L1 la saison suivante. Avec 3 points d’avance sur la zone rouge, les Aiglons ne cédaient pas sous la pression et entraient parfaitement dans leur partie. Trouvé dans le coeur de la surface par Cyril Rool, Marama Vahirua trouvait l’ouverture dès la 44e seconde de jeu ! À ce jour encore, il s'agit du but le plus rapide de l’histoire des Nice - PSG.

Hervé Revelli

Mythique attaquant stéphanois (7 titres de champion, 4 coupes de France et une finale de C1 avec l’ASSE), Hervé Revelli a exposé son sens du but sur la Côte d’Azur de 1971 à 1973. Le 12 février 1972, le natif de Verdun participait au tout premier Nice - PSG de l’histoire et inscrivait le but azuréen (1-1). Pour l’anecdote, celui qui compte 30 sélections en équipe de France avait également marqué lors de la rencontre aller à l’occasion d’un nul décroché au Parc des Princes (1-1).

Hervé Revelli (au centre au premier rang) et l'effectif de l'OGC Nice saison 1971-1972

Nenad Bjekovic

Avec Daniel Bravo, il est le meilleur buteur niçois à domicile face au Paris SG (3 réalisations). Premier Aiglon auteur d’un doublé dans cette affiche, Bjéko la légende a grandement participé au plus large succès historique des Aiglons à domicile contre le PSG en inscrivant 2 buts le 22 mars 1980 (3-0). Deux années plus tôt, celui qui deviendra entraîneur du Gym de 1987 à 1989 avait inscrit sa première réalisation dans cette affiche à l’occasion d’une défaite niçoise (2-3 le 15 février 1978).

Nenad Bjekovic avant Nice - Marseille le 1er octobre 2017

Loïc Rémy

2 matchs, 2 succès et 1 but de la victoire. Le bilan de Loïc Rémy à l’occasion des Nice - PSG lui offre une place dans ce onze. Le 20 mars 2010, l’attaquant arrivé de Lyon prolongeait la belle dynamique victorieuse des Rouge et Noir (4 succès consécutifs contre Paris à domicile) en coupant un centre d’Anthony Mounier dans la surface. La seule réalisation de la partie, suffisante pour signer la meilleure série de victoires face à un club que Rémy a particulièrement aimé affronter sous le maillot Rouge et Noir (3 buts en 4 matchs, tous terrains confondus).

Entraîneur : Frédéric Antonetti

À la tête du Gym de 2005 à 2009, Frédéric Antonetti présente un bilan sans faille dans les affiches opposant Nice à Paris. Le technicien corse s’est assis à 4 reprises sur le banc du Stade du Ray pour y défier l'adversaire parisien et s’est toujours imposé ! 4 succès, tous par un but d’avance (1-0 en 2005/06, 2006/07 et 2008/09 et 2-1 en 2007/08). De quoi laisser à jamais une trace dans l’historique de ces confrontations.

M.S.
Photos : IconSport