Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Hop Nice*

Historique

11 août 2020

Hop Nice*

Ce mardi, Jordan Lotomba et Dan Ndoye ont délié leurs premières foulées en tant que joueurs de l’OGC Nice. La venue groupée des deux Suisses interroge sur l’historique des relations entre les Aiglons et la confédération. Multiple, éclectique, celle-ci brille aujourd’hui mais ne date pas d’hier.

Genève, terrain neutre

Depuis 2013, le groupe pro se rend à Divonne-les-Bains lors de son premier stage de préparation. Divonne la Française, située dans l’Ain, pile à la frontière entre l’hexagone et la Suisse. Depuis 2013, donc, les Azuréens se frottent régulièrement à des formations helvétiques lors de tests amicaux. Thoune, le Servette, Nyon, Lausanne : voici 4 adversaires avec qui les routes se sont croisées lors des derniers années.

Mais pour trouver trace d’une rencontre capitale ayant pris place au bord du Léman, il faut rembobiner la pellicule de 61 ans, puis figer l’image au 23 décembre 1959. A deux jours de Noël, les Rouge et Noir de Jean Luciano quittèrent la quiétude du Comté pour l’âpreté de l’hiver genevois. Gelés, congelés, mordus, givrés, ils allumèrent pourtant un feu dans lequel les Turcs du Fenerbahce se consumèrent. A l’époque, en Coupe des Clubs Champions, aïeule de l’immense C1, le sort d’une égalité se joue sur une belle, fixée sur terrain neutre. Après un premier round à Istanbul et un deuxième au Ray, tous les deux remportés 2-1 par l’équipe locale, champions de France et de Turquie se retrouvèrent au stade des Charmilles.


La belle frigorifiée, avec ironie, se débrailla : sous la pluie, dans le vent, elle mit le rouge aux joues des 9166 spectateurs venus l’observer. Et ce fut au Gym que revint le plus beau rôle : celui du sympathique bûcheron chargé d’attiser l’âtre. Grâce à 5 réalisations (doublé de Foix, buts de Milazzo, Faivre et De Bourgoing), les Aiglons firent des buchettes du Fener’ (score final 5-1) et rentrèrent chez eux la qualification en poche.

18 ans plus tard, le Gym, promotion Guillou, remonta en Suisse dans le cadre de la Coupe des Alpes. Et sortit de la compétition après avoir terminé 2e d’un groupe comptant le Servette Genève, Neuchâtel Xamax et Strasbourg.

Si le premier duel face face à une formation suisse opposa le Gym à la  Chaux de Fonds, le 11 juin 1939 (1-1), les Rouge et Noir participèrent également à la "Coupe Grasshoppers", qui se tint entre 1952 et 1956. Nice termina cette "petite Coupe d'Europe" regroupant 6 clubs à la 2e place, juste derrière la Fiorentina et juste devant le Nogometni Klub Dinamo de Zagreb.

 

A l’attaque

Avant Lotomba et Ndoye, des Suisses avaient-ils porté la tunique ornée de l’Aigle ? Oui. Et uniquement des éléments du secteur offensif. De 1933 à 1934, Edmond Kramer, 10 capes dans son équipe nationale, inscrivit 6 buts en 27 sorties niçoises. Le tout en devenant entraîneur-joueur du 18 … au 27 décembre 1933, jour où il céda sa place à Charlie Bell.

Un peu plus tôt, en 1926, Schaebli participa à 4 rencontres (2 buts). Un peu plus tard, Paul Emonoz, prit part à 13 matchs (2 buts entre 1941 et 1942).

Plus récemment, durant l’exercice 1999-2000, un dernier attaquant, Marco Grassi (photo ci-contre), fut transféré de Lyon à Nice en tant que joker. Le Tessinois, 31 fois sélectionné avec la Nati, y termina son parcours, avec 3 réalisations en 24 matchs.

 

Modernité

Les relations entre le Comté et le pays aux 26 cantons, bien qu’ancienne, s’est nettement renforcée au cours des dernières années. Pour deux raisons essentielles. La plus « ancienne » - dans l’ordre chronologique - se nomme Lucien Favre. Ancien meneur de jeu au style aérien, l’actuel entraîneur du Borussia Dortmund s’assit sur le banc de l’équipe fanion entre 2016 et 2018. Avec, à la clef, un accent, une personnalité, un jeu léché et un podium en championnat.

Arrivé et parti avec l’entraîneur né à Saint-Barthélémy, Adrian Ursea a fait son retour au club au mois de novembre 2019. Technicien reconnu et homme délicieux, « Adri’ », qui possède la double-nationalité (roumaine et suisse), a rejoint le staff de Patrick Vieira, en la qualité d’adjoint.

Enfin plus récemment, l’arrivée d’INEOS, il y a un an, a achevé de consolider un pont entre les deux états frontaliers.

Actionnaire des Aiglons, le groupe possède également le Lausanne Sport depuis 2017. Le LS qui, pour rappel, vient d’être sacré champion de Challenge League (D2) et promu en Super League suisse.

Le LS où ont été formés Jordan Lotomba et Dan Ndoye.

C.D. (source Michel Oreggia)

* « Hop » est une expression d’encouragement très utilisée en Suisse. Elle donne au titre une signification simple : « Allez Nice »