Accueil Site officiel de l'OGC Nice

« Je pars me servir du jus de pomme, j

Insolite

15 octobre 2019

« Je pars me servir du jus de pomme, j'entends ma femme crier »

C’est l’histoire de deux hommes que rien ne lie. Ou presque. Ce 30 avril 2017, Raymond et Christophe n’ont pas résisté. La cote (55 contre 1) était trop belle. Alors le Corse de 50 ans, et le Nancéien de 11 ans son cadet, ont misé respectivement 20 et 15€ sur la victoire 3-1 du Gym face au Paris Saint-Germain sur Winamax.  De quoi sauter au plafond quand Anastasios Donis est venu inscrire le but du K.O. à la 92e minute de jeu… 

Raymond, Niçois malgré lui

« Je suis supporter de Bastia, hein ». La première phrase est douloureuse. La suite du propos sera savoureuse. « Vous savez, on dit qu’il ne faut jamais jouer avec le coeur… » De l’autre côté du fil, Raymond est taquin. Malgré son amour du SCB - personne n’est parfait - le Corse le reconnaît : « C’est Nice qui (lui) a fait gagner le plus d’argent dans les paris sportifs. Cette équipe peut toujours créer la surprise. L’avantage, c’est que quand Nice gagne, je suis content, et s’ils perdent, je ne suis pas non plus malheureux ». En tout cas, ce soir d’avril 2017, Raymond n’a pas tiré la tronche quand l’attaquant grec est venu valider son ticket. « Nice régalait. Et je voyais bien Paris craquer sur la fin, en cas de résultat négatif pour eux. Quand tu as la tête basse, les équipes du sud peuvent te marcher dessus… » 

A-t-il crié sur un but du Gym ? « Non, je ne me suis pas pris pour Eugène Saccomano », raconte celui qui a remporté 1100€ grâce aux Aiglons. 

« J’étais au resto avec mes potes. J’ai invité tout le monde », conclut Raymond, qui a hâte de retrouver les derbies au plus haut niveau (Bastia évolue en National 2). « On se chambre tout le temps, mais c’est ça le foot. Quand Bastia était en première division, mais pas Nice, vous nous manquiez aussi… » En attendant de voir le Sporting gravir les échelons, le quinquagénaire continue de parier sur la Ligue 1. « Vendredi, soit Paris déroule, soit Nice s’accroche et les fait craquer. Je vais miser 50€ sur le 3-1 pour Nice, 50€ sur le 4-1. Si j’ai bon, vous me rappellerez ? »

Christophe, l’anti-parisien heureux

 

« Moi, c’est Paris qui m’a permis de devenir riche. Quand je le sens, je joue sur leur défaite. Ça peut rapporter gros… » Nancéien expatrié en banlieue parisienne (La Celle Saint-cloud), Christophe apprécie le club de sa ville d’origine, mais se revendique « anti-parisien avant tout ».

« Après la remontada barcelonaise, j’ai misé sur la balade niçoise, s’amuse-t-il. Je la sentais bien, celle-là ! Toutes les équipes sont surmotivées face au PSG. Et quand, il y a en plus, du talent… » Dans son appartement, aux côtés de son épouse, Christophe s’est longtemps rongé les ongles : « C’est pas possible que ça reste à 2-1 », répétait-t-il sans cesse, avant d’aller se chercher un jus de pomme dans le frigo. « Et là, j’entends ma femme crier. Ils ont marqué, ils ont marqué ! »


Pas de resto à payer, pas de champagne débouché. Christophe a terminé son jus de pomme et a coffré ses gains sur son compte Winamax. « Avec cet argent, j’ai continué à miser sur les défaites de Paris ». Cette saison, il misera plutôt sur l’équilibre des forces entre les Niçois de Vieira et les Parisiens de Tuchel. « 1 - 1, ça me semblerait logique. Dolberg peut faire mal. Et pour faire monter la cote, je joue l’égalisation niçoise dans le dernier quart d’heure. Mais je serai quand même très content si Nice bat Paris ». On ne se refait pas…


Du côté de Winamax 

Chef de projet marketing à Winamax, Tristan Guiglini a répondu à quelques questions avant Nice - Paris. 

Vous avez des partenariats mais vous n’hésitez pas à piquer les clubs sur les réseaux, ce qui est votre marque de fabrique. Est-ce que tu peux expliquer cette politique ?
Nous avons une ligne humoristique assez incisive sur les réseaux sociaux envers tous les acteurs du sport, pour nous, le chambrage et les vannes, ça fait partie du foot. Si on ne critiquait pas nos clubs partenaires cela ne fonctionnerait plus, on se doit de chambrer tout le monde. Les community managers ne reçoivent donc aucune consigne vis-à-vis des clubs dont on est partenaire officiel. Ça nous vaut quelques coups de fil de mécontentement parfois mais dans l’ensemble, les clubs le comprennent bien.

C’est quoi une bonne soirée foot à Winamax ?
Un match nul ! C’est le résultat le moins misé par les parieurs. Mais dans l’ensemble on est des passionnés de foot, on supporte tous notre équipe de cœur.

Quand Paris joue, vous êtes contents ? 
Les matchs du PSG en Ligue 1 font partie des matchs les plus misés. Les parieurs aiment miser sur le gros favori dans un match déséquilibré. Pour obtenir une cote plus intéressante, ils vont souvent effectuer un pari combiné avec plusieurs favoris.

T’arrive-t-il de voir des paris vraiment fous ?
Un paquet ! Des paris combinés d’une trentaine de matchs pour des cotes à plus de 10 000, on se demande parfois où les parieurs trouvent l’inspiration !

Lequel t’a le plus marqué ?
Sur un gros match, il y a le score exact 4-2 en finale de la Coupe du Monde. Un parieur avait misé 1 000 € dessus à une cote de 150 pour un gain de 150 000 € !

Si tu devais citer un pari qui a concerné l’OGC Nice ?
Ça date un peu mais, à l’époque Puel-Ben Arfa en 2015, un parieur avait misé sur la victoire 4-1 à Saint-Etienne à une cote de 110.

Si on te demande de te mouiller et de "jeter une pièce", quel est le pari improbable que tu tentes pour vendredi ?
Sur Winamax, on a la possibilité de combiner plusieurs évènements du même match avec MyMatch donc je vais me lâcher : 0-0 à la mi-temps et victoire de Nice 2-0 au final avec Dolberg et Ganago buteurs pour une cote à 450 !

► Pour parier sur Nice - Paris, rendez-vous sur Winamax.

F.H.