Accueil Site officiel de l'OGC Nice

« Nos supporters sont extraordinaires »

Ambiance

16 janvier 2019

« Nos supporters sont extraordinaires »

On a beau le savoir, on ne s’en lassera jamais. Ce mercredi, le peuple rouge et noir était en déplacement au Louis-II. Et il y a mis le feu...

C’est l’image forte de la soirée, celle qui a conclu ce mercredi d’hiver et qui mérite de démarrer ces quelques lignes. Un coach acclamé avant et après le dernier coup de sifflet, des joueurs sous la tribune, en rangs serrés, éreintés mais souriants, satisfaits d’avoir laissé tout ce qu’ils avaient dans l’arène.


Face à eux, des supporters qui célèbrent d’une seule voix l’âme de leur Gym. Le courage de ceux qui luttent et ne lâchent rien. La soirée s’est donc conclue par un instant de communion, par un nul (1-1) célébré comme un succès, parce qu’il est un endroit où, ce soir, le Gym a triomphé. Et parce que partout, il aura parlé avec la même voix : celle des combattants. Celle des Niçois.

Deux heures avant ce premier choc de 2019, l’enceinte de Fontvieille tendit déjà l’oreille, écoutant les voisins se chauffer. Un soir de derby n’est jamais un soir comme les autres, même en plein milieu de semaine, même avec un coup d’envoi fixé à 19h. Très vite, l’écho se mua en clameur. Les portes du Louis-II s’ouvrirent, et la clameur fit son entrée.

Niçois acclamés, Monégasques chahutés : l’échauffement donna rapidement le ton du derby. Le scénario se chargea du reste et l’ambiance monta d’un cran au fil des minutes. Accrocheurs, inspirés, les Aiglons galvanisèrent leur Soutien : celui-ci explosa à la demi-heure, quand Saint-Maximin se battit, s’accrocha, envoya le ballon au fond des filets, et vint célébrer son but sur la piste, devant le « Monsieur + » en transe.

La relation s’inversa rapidement, puisque ce furent les tribunes qui portèrent très vite les hommes de Patrick Vieira. Expulsé d’une manière sévère (45+1), Ihsan Sacko regagna les vestiaires sous une superbe ovation. Les coups allaient pleuvoir, le Gym resta debout. Secoué, il tint bon, à un de moins sur le pré et un de plus en-dehors.




La percée éclair de Youcef Atal, qui déboucha sur un pénalty, fit entrer les fidèles dans une autre dimension. Malgré la parade de Benaglio sur la tentative de Saint-Maximin, l’intensité du choeur ne faiblit bat. La fin du match fut haletante et la rencontre se termina sans vainqueur. Du moins sur le terrain... « Nos supporters ont été extraordinaires durant 90 minutes, a salué Patrick Vieira après la rencontre. Je leur tire mon chapeau. Cette solidarité se retrouve aussi en dehors du terrain avec tous les salariés. On a besoin de se soutenir les uns les autres pour avoir des résultats comme contre Bordeaux ou Monaco ce soir. »