Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Jeunes

16 mars 2003

Gambardella : le Cavigal surprend l'OGC Nice

Grosse surprise dans le derby niçois des 8è de finale de la Coupe Gambardella. Dans un stade St Roch plein comme un oeuf, le Cavigal a sorti l'OGCN (3-3 après 90 minutes, 4-3 aux tirs au but) au terme d'une rencontre très animée.A Nice, Stade St Roch, Cavigal de Nice élimine OGC Nice 3 buts partout (2-1), 4 tirs au but à 3.

1.000 spectateurs environ
Arbitre :
M. Rainville

Buts : Rafosse (4è, 74è), Kahdraoui (21è) pour le Cavigal ; Larbi (28è), Padovani (75è, 79è) pour l'OGCN

Avertissements : Dimundo, Gancoalves au Cavigal ; Scaramozzino, Miceli à l'OGCN
Expulsion : Miceli (91è) à l'OGCN

Cavigal : Dimundo - Rangon (Baldeschi, 52è), Pelé, Ouchène, Ybert - Koaka (c), Poderini, Azzorpardi (Audel, 82è), Goncalves - Khadraoui (Jaziri, 73è), Rafosse

OGC Nice : Lloris - Soubervie, Scaramozzino, Gace (Pecastaing, 57è), Grazziani (Mulsin, 87è) - Moziyan (c), Lamatina (Tisba, 75è), Micel, Ducoin - Larbi, Padovani

Grosse surprise dans le derby niçois des 8è de finale de la Coupe Gambardella. Dans un stade St Roch plein comme un oeuf, le Cavigal a sorti l'OGCN (3-3 après 90 minutes, 4-3 aux tirs au but) au terme d'une rencontre très animée.

Le petit stade St Roch était plein comme un oeuf pour accueillir le derby niçois en 16è de finale de la Coupe Gambardella. L'OGCN, finaliste l'an passé et grand favori de la rencontre, investissait d'entrée le camp des rouge et noir du Cavigal. Mais stupeur, sur leur première action les jeunes du Cavigal ouvraient la marque par l'intermédiaire de Rafosse.

Le Cavigal réaliste

Le Gym naviguait aux abords de la surface du Cavigal mais ne parvenait pas à se créer d'occasions franches. Le réalisme du Cavigal va de nouveau parler puisque Khadraoui trompait Lloris sur un nouveau contre (2-0, 21è).

Sursaut d'orgueil des aiglons qui réduisent la marque peu avant la demi-heure de jeu sur une belle tête de Kamel Larbi. Le Gym commençait à poser sa patte sur la rencontre mais Franck Padovani, le n°9 des aiglons n'avait que peu de ballons à négocier. Anthony Soubervie est à deux doigts de mettre les deux équipes à égalité dans les arrêts de jeu de la première période mais Dimundo claque superbement la tête du défenseur niçois.

Au retour des vestiaires le Gym s'emploie à refaire son retard. Le Cavigal ne sort que rarement de sa moitié de terrain, mais leur petit attaquant Ulrick Rafosse sème la terreur à chacune de ses prises de balle. Mais bien que largement dominateurs sur un plan territorial, les hommes de Wathelet ne sont au final que rarement dangereux. Et ce qui devait arriva. Lancé en profondeur Rafosse exploitait une grossière meésentente entre Grazziani et son portier Lloris pour lobber ce dernier et porter le score à 3-1 (74è). Il reste un quart d'heure aux aiglons pour refaire ce handicap de deux buts.

Padovani remet le Gym à flot

Franck Padovani sonne la révolte des aiglons. Sur le coup d'envoi il élimine deux défenseurs avant de placer une frappe croisée qui passe sous le ventre de Junior Dimundo. Le Cavigal va tenter de préserver ce score mais la puissance physique des aiglons est en train de faire mal. Padovani, encore lui, remet les deux équipes à égalité sur une nouvelle frappe du gauche (3-3, 79è).

Le Cavigal attend impatiemment la fin du temps réglementaire, plusieurs éléments des rouge et noir étant en effet victimes de crampes. Larbi aurait pu sceller le sort du match mais son coup de boule rebondi sur la barre du portier du Cavigal (86è). La dernière action du temps réglementaire revient au remuant Rafosse qui après un nouveau festival à la pointe de l'attaque sert magnifiquement Steven Audel, qui bute sur le portier des aiglons Lloris.

Ce sont donc les tirs au but qui vont départager les deux équipes. Le Gym rate son premier tir (Scaramozzino) mais Pelé côté Cavigal en fait de même par la suite. Egalité parfaite avant les derniers tireurs... et la frappe de Franck Padovani s'écrase sur la barre. Le Cavigal crée donc la surprise et poursuit sa route en 8è de finale de l'épreuve. C'est une grosse désillusion pour les aiglons qui comptaient bien égaler leur performance de l'an passé.