Homepage OGC Nice offical website

Fae : « Je suis un privilégié »

Médias

November 12, 2019

Fae : « Je suis un privilégié »

Entraîneur des U19 nationaux du Gym, Emerse Fae a accordé une interview à Onze Mondial, la semaine passée. Ancien milieu international de talent, coach Emerse y est revenu en détails sur son parcours, ses premiers pas à Nantes, la sélection ivoirienne, la Coupe du Monde, le Gym, ses blessures, sa reconversion, sa vie... Extraits choisis :

Si je te dis : décembre 2010, Nice-Marseille.
(Il sourit) Ça, tout le monde m’en reparle. Même mes filles ! Pour se moquer de moi, elles mettent la vidéo avec le son très fort. Encore hier, ma plus grande fille l’a fait. Elle faisait un exposé sur le foot, car elle fait du foot aussi, et elle a mis ce but contre Marseille. C’est vrai que tout le monde m’en parle. Moi qui n’ai pas de mémoire, ce serait vraiment difficile de ne pas retenir cette date.

Février 2012, tu mets un terme à ta carrière à cause de phlébites à répétition. Ça a été une décision personnelle d’arrêter ?
Ouais … (Il réfléchit) Ça a été une décision logique on va dire. Je pense qu’à un moment donné il fallait venir à l’évidence. J’en ai fait quatre en trois ou quatre ans. Il ne fallait pas se voiler la face, c’est une maladie dangereuse. Il faut se poser les bonnes questions. On a des enfants … Oui le foot c’est ma passion, c’est toute ma vie mais bon, ça ne vaut pas la peine de risquer ma vie pour le foot.

Finalement, quand tu te retournes sur tout ce qu’on a évoqué jusqu’ici – ta vie, ta carrière – qu’est-ce que tu te dis ?
Je me dis que j’ai eu de la chance quand même … Et que j’ai de la chance d’en être là aujourd’hui après avoir dû terminer ma carrière prématurément. Ça ne veut pas dire que je n’aurais pas préféré continuer ma carrière de joueur mais … On est en 2020 bientôt, ça fait sept ans que je suis éducateur, que j’avance dans mes formations et dans mon rôle de formateur alors qu’en 2012, à 28 ans, je devais arrêter ma carrière pour des problèmes de santé, je me dis que je suis quand même un privilégié.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien passionnant, réalisé par  Florian Sermaise, en deux parties, ci-dessous.

→ Partie 1
→ Partie 2