Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Favre : « On n

Interview

20 mai 2018

Favre : « On n'a rien lâché jusqu'au bout »

Comment analysez-vous ce match ?
En début de match Lyon a pris un départ avec beaucoup de rythme. Rythme qu'on a eu du mal à tenir, il faut bien le dire. On marque sur un contre et ensuite on a mieux tenu jusqu'à la mi-temps. En deuxième période, dès que le rythme devient élevé, on cède un peu  facilement. On n'a rien lâché jusqu'au bout, mais ce n'est pas assez.

Etes-vous déçu de la prestation de l'équipe ?
Non. On n'a jamais rien lâché cette saison, on n'oublie pas que l'on paye surtout notre mauvais départ avec 10 points en 11 matchs. On s'est bien repris par la suite, mais malgré ça, malgré les victoires, on a quand même été assez laborieux il faut le reconnaître. On a de la peine quand le rythme d'un match est élevé.

Que retenez-vous de la saison ?
C'était une saison difficile. On a travaillé la même chose que la saison passée. On n'a pas moins ou moins bien travaillé. Nous avons eu des hauts et des bas. Heureusement que l'on a su bien se reprendre à un moment donné en faisant preuve de solidarité, ça nous a permis de bien revenir dans le championnat et d'espérer jusqu'à la dernière journée se qualifier pour une compétition européenne malgré la saison très irrégulière que l'on a faite. On n'y est pas parvenus, ce n'est malheureusement pas le cas mais c'est comme ça. 

Que peut-on dire sur votre avenir ?
Je vais quitter l'OGC Nice et le championnat de France. Je ne peux pas vous en dire plus pour l'instant. La Ligue 1 ? Dans ce championnat il y a des équipes ambitieuses comme Lyon et Marseille, Paris et Monaco qui sont au-dessus, des clubs historiques comme Saint-Etienne ou Bordeaux qui aspirent aussi à jouer l'Europe. Des regrets de partir ? Ca fait partie du foot, c'est un choix mais c'est difficile humainement.

Vous avez contribué à remettre Balotelli sur le devant de la scène, c'est une fierté on imagine ?
C'est déjà à Nice qu'il le doit. Le club l'a pris, il s'est refait une belle santé. Il revenait de loin. Il le doit au club, à ses coéquipiers, au staff et à tous ceux qui vivent à l'OGC Nice. Ca n'a pas toujours été facile, mais c'est très bien ce qu'il a fait.