Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Les Aiglons & les Pichouns dans l

Évènement

8 mars 2018

Les Aiglons & les Pichouns dans l'arène

Ce jeudi, la folie rouge et noire s'est emparée des Arènes de Cimiez, pour la première édition de la série « Les Aiglons défient les Pichouns ».

L'appel avait été lancé par les joueurs eux-mêmes sur les réseaux sociaux. Il a incontestablement été entendu. Invitée à défier, balle au pied, ses idoles, la jeunesse niçoise a répondu en masse, entraînant avec elle parents et grands-parents dans le mythique jardin aux oliviers.

Dès l'heure du pique-nique, les maillots frappés de l'aigle ont commencé à fleurir aux quatres coins du parc. Pan Bagnat à la main, balle au pied, les Pichouns ont attendu sagement leurs idoles, qui leur avaient donné rendez-vous à 15h.

L'ambiance est montée progressivement, le temps que les 500 supporters (dont 300 enfants) se réunissent au pied des escaliers, côté Est.

Les Pichouns, qui se sont chauffés la voix en entonnant les refrains du stade, ont exulté lorsque Yoan Cardinale, Allan Saint-Maximin, Ihsan Sacko et Marlon ont fait leur apparition. Accueillis comme des héros, les 4 Aiglons se sont frayés un chemin dans cette foule de passion, avant de rejoindre le terrain installé pour l'occasion.

« Je ne m’attendais pas un tel accueil, souriait Yoan Cardinale. Je savais qu’il y aurait pas mal de monde car c’était les vacances scolaires, mais je ne pensais pas qu’ils seraient aussi nombreux. C’est encore plus plaisant d’être ici aujourd’hui. C’est avec eux qu’on ira chercher quelque chose en fin de saison ».

2h de matchs, photos et autographes

Le quatuor a mouillé le survêtement durant deux heures, alternant entre les matchs, les autographes et les photos. « Je ne pensais pas qu'ils resteraient aussi longtemps, soufflait Marie-Claude, venue amener ses 2 petits-fils. J'ai eu peur quand j'ai vu autant de monde, mais au final les petits ont pu toucher du doigt leur rêve. Pour eux, c'est magique ».

Agé de 10 ans, Solal n'aurait quant à lui  « jamais imaginé jouer un jour avec eux. Même si je n'ai pas marqué, j'ai touché pas mal de ballons. Ils sont hyper-forts et surtout, ils sont trop sympa ». 

« Les joueurs sont proches de nous »

Son petit Robin (5 ans) dans les bras, Fabrice ne boudait pas non plus son plaisir : « Mon fiston a même marqué un but ! Je suis supporter depuis que je suis né, et je l'ai mis dans le bain. Il est bientôt plus calé que moi, il connaît tout. Pour une première c'était bien, même si on ne s'attendait pas à ce qu'il y ait autant de monde. C'est un bonheur de rencontrer des joueurs aussi accessibles et proches de nous ». « Le club conserve ses valeurs familiales, c'est très important », conclut le papa, qui en a profité pour glisser un petit mot aux Aiglons : « Je leur ai dit de tout donner face à Guingamp puis lors du sprint final. Il faut décrocher la 5e place en fin de saison, car rien ne vaut l'Europe ». 

« Il faut aller chercher la Ligue Europa, et aller encore plus loin la saison prochaine » espère aussi Alexandre, 9 ans, qui aura une sacrée histoire à raconter à la rentrée : « Quand je vais dire à mes copains que j'ai joué avec Saint-Maximin... Avec mon équipe on a perdu, mais je sais que d'autres enfants ont gagné. Il faudra nous départager lors de la prochaine édition ! » 

F.H. (photos A.D.)