Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Favre : « Être plus réaliste »

Interview

18 février 2018

Favre : « Être plus réaliste »

Devant la presse, Lucien Favre a reconnu que son équipe a peiné offensivement, tout en considérant que sur l'ensemble de la rencontre une victoire du Gym n'aurait pas été volée...

Coach, quel est votre sentiment après votre partage des points face à Nantes ce dimanche ?
C’était pas mal dans le jeu. On a de la possession, surtout en deuxième période. Je pense qu’on aurait mérité de prendre les trois points. On se contentera d’un. Nantes a deux occasions, nous 3-4 pas plus mais sur l’ensemble du match on aurait mérité. Sur notre jeu, on n’a jamais tellement douté. Mais il faut qu’on soit plus réaliste, offensivement et défensivement.

Vous concédez encore un penalty « cadeau »…
Pas de penalty, pas de rouge. On se dit ça avant le match. C’est primordial. Il ne faut pas faire faute dans la surface. Mais il y a des erreurs de position, de placement de deux ou trois joueurs qui nous mettent dans la difficulté. Cette saison on a fait beaucoup d’erreurs de ce style. Sur cette action, il n’y a pas du tout de danger. C’est un cadeau.

Ce nul vous permet de stopper un peu votre série négative…
Oui. Dans nos derniers matchs il y avait quand même des bonnes choses dans le jeu, pendant une partie du match. Là on ne fait qu’un point, mais parfois il faut savoir le garder. Et il faut savoir provoquer la réussite qui fait la différence.

Vous avez tout de même eu du mal offensivement…
Aujourd’hui oui. On reparle surtout du penalty, mais on a rarement mis Nantes hors de position. Il doit y avoir plus de percussion, de permutation. Ce n’est pas juste les attaquants, c’est un ensemble. Mais jouer contre Nantes ce n’est pas facile. Ils sont très regroupés, font un gros pressing et laissent planer un danger après avoir récupéré la balle. Si on veut être plus performant, il faut avoir plus d’« engagement », entre guillemets car souvent ce terme donne l’impression que c’est mettre des coups. Mais c’est vrai que Nantes est engagé dans les duels.

Vous avez eu 14 corners dans ce match, mais cela n’a pas amené grand chose…
C’était globalement décevant, sauf après l’entrée de Cyprien.

Comment voyez-vous la suite ?
Comme je disais avant le match, après notre belle série et la victoire contre Saint-Etienne, on a trop pensé au calendrier et on a oublié de jouer. Si Metz, Toulouse et Dijon, des matchs que l’on a dominés, on fait ne serait-ce que trois matchs nuls, ça changerait beaucoup de choses au classement. Il faut prendre les choses positives mêmes dans une mauvaise série. Il faut tout analyser. Après c’est évident qu’il ne faut plus prendre de rouge et concéder de penalty. Si on se cache juste derrière ça, on n’avancera pas.

Ces buts « cadeaux » viennent aussi du fait qu’à part Dante tous vos défenseurs expérimentés sont blessés depuis un moment !
Oui, mais on ne peut rien faire pour ça. Mais ce soir, mis à part le penalty de Burner, nos jeunes latéraux font un bon match. Après c’est évident qu’il leur faut du temps pour apprendre.

On a senti vos attaquants Balotelli et Plea parfois à la limite du rouge ?
Il y avait un gros engagement de la part des autres. Parfois on peut un peu s’énerver. Des fautes de Mario, je n’en ai pas trop vu ? Quant à Plea je ne pense pas que ce soit un joueur qui vienne pour faire mal.

Vous avez sorti Mario Balotelli pour le dernier quart d’heure alors que vous avez plutôt l’habitude de le laisser 90 minutes, pour quelle raison ?
Ce n’était déjà pas sûr qu’il puisse jouer ce soir, suite au match de jeudi soir. Par rapport à l’année passée, il enchaîne beaucoup plus. Dans ces matchs rapprochés, je préfère le sortir un peu avant la fin et qu’il fasse un match plein le temps qu’il est là.