Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Favre : « Dur à avaler »

Interview

9 janvier 2018

Favre : « Dur à avaler »

En conférence de presse, Lucien Favre n’a pas caché sa déception à la suite de l’élimination face à l’AS Monaco, alors que son équipe a dominé son adversaire pendant la majeure partie de la rencontre.

Coach, le bon match de votre équipe doit tout de même vous frustrer, avec une élimination au bout.
C’était un bon match de notre part. Sur la physionomie du match on pouvait le gagner, ou aller aux tirs au but. On a eu les occasions pour revenir. On ne doit malheureusement pas prendre les buts qu’on a pris, c’était trop facile. Monaco est une équipe très efficace, sur les centres notamment.

Qu’avez-vous dit à vos joueurs après le match ?
Les joueurs ont vu d’eux-mêmes qui ont fait un bon match. Mais il ne faut pas se leurrer, Monaco est une équipe qui laisse des espaces pour jouer, c’est une des raisons pour laquelle on a eu 70% de possession de balle. Maintenant il faut se relancer pour le championnat, ce soir c’est un peu dur à avaler car il y avait de quoi passer.

Que vous a-t-il manqué ?
Il y a du travail dans les petits détails tactiques. Ainsi que dans la finition, les derniers choix, de la précision dans les centres, nos appels etc. Nos deux ailiers ont 20 ans, on l’oublie un peu.

Jardim dit vous avoir laissé volontairement le ballon pour ne pas se faire contrer comme en championnat, qu'en pensez-vous ?
Mouais… on joue notre jeu, on savait à quoi s’attendre. On a réussi à trouver les espaces mais il nous a manqué de la justesse sur des détails. On doit améliorer ça mais c’est prometteur. Mais il faut faire attention, ce n’est pas parce qu’on fait un beau match contre Monaco que la suite sera facile.

L’absence de Balotelli a-t-elle pesé ?
Mario, lorsqu’il y a une occasion dans les 16m, il est là. Collectivement tout le monde a bien défendu. Tout le monde voulait le ballon, sans exception, en mouvement, c’est la raison pour laquelle on a eu beaucoup de possession. Je ne sais pas si Mario sera là samedi, ça fait trois jours qu’il ne s’est pas entraîné.