Accueil Site officiel de l'OGC Nice

J.-P. Rivère : « Du bien à la tête »

Réaction

5 novembre 2017

J.-P. Rivère : « Du bien à la tête »

A l'issue de la rencontre face à Dijon ce dimanche, Jean-Pierre Rivère s'est présenté en zone mixte. Soulagé par un résultat venu apporter un point final à la série de défaites entamée en octobre (1-0), le Président niçois a réaffirmé que le cap du projet du club était maintenu.

Président, quel est votre sentiment après ce succès ?
Cette victoire va faire du bien à la tête. Au cours du match, on a vu que nos joueurs avaient un petit manque de confiance. Plus les minutes s’écoulaient, plus le syndrome de la défaite était présent, et on a vu une qualité technique moins bonne que d’habitude. Mais ce qui était important, c’était le plan comptable, c’est fait. Maintenant, il y a la trêve. Il faut continuer à travailler pour enchaîner les bons résultats. On voit bien qu’il y a un petit problème de confiance logique après plusieurs revers d’affilée. Ça passera par le travail, le travail, le travail…

Que pensez-vous du carton rouge reçu par Mario Balotelli ?
Je ne commente pas les décisions arbitrales, même si je trouve ce carton un peu sévère. On essaiera d’aller plaider sa cause devant la commission de discipline. Je ne pense pas que ça méritait un rouge, mais après…

« J'ai lu tellement d'âneries... »

Qu'en est-il de la situation de Lucien Favre ?
Je ne devrais pas vous le dire, mais j’ai tellement lu d’âneries à ce sujet… Vous me pratiquez depuis des années maintenant, et on a démontré que quand les périodes sont un peu plus difficiles, on ne bouge pas, on ne change pas de cap. J’ai même entendu qu’on allait virer l’entraîneur… Or on ne s’est même pas posé la question ! Souvenez-vous à l’époque de Claude Puel, quand on perd 7 fois, je le prolonge. Là, j’ai même lu qu’on se demandait pourquoi nous n'avions pas prolongé Lucien Favre... On a encore du contrat avec Lucien, on est bien, il n’y a pas d’urgence.

« Un travail très, très, profond avec les jeunes »

Le projet reste-t-il focalisé autour des jeunes joueurs ?
Quand la période est plus difficile, c’est compliqué de lancer des jeunes, car vous ne les mettez pas dans les meilleures dispositions. Un jeune, il faut y faire attention. Le plan « jeunes » est toujours là, il y a des choses que vous ne voyez pas car on ne les montre pas mais on effectue un travail très très profond avec eux. On a de plus en plus de jeunes de grande qualité qui nous rejoignent, mais ils ont parfois 14-15 ans, vous les verrez dans quelques années. Le plan « jeunes » est toujours là, mais dans certains contextes, quand on lance un jeune, on ne lui rend pas service. 

Vous attendiez-vous à un tel début de saison ?
J’ai répété depuis des semaines et des mois que nous avions été l’anecdote du championnat deux saisons de suite, en arrivant 4ème puis 3ème. Mais entre ça, et être 17ème, je pense que notre bonne place est dans la première partie du tableau. Mais ça, c’est sur le terrain que ça se prouve.