Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Favre : « On souffle un petit peu »

Interview

5 novembre 2017

Favre : « On souffle un petit peu »

Même s’il a reconnu les difficultés offensives de son équipe, l’entraîneur des Aiglons Lucien Favre a apprécié de voir son équipe - enfin - remporter une victoire au forceps.

Lucien, cette victoire vous fait beaucoup de bien…
Elle était laborieuse mais elle fait du bien. On savait que ça n’allait pas être facile. C’est une équipe qui n’est pas facile à jouer. Ils ont battu Nantes, fait un très bon match contre le PSG. On a eu la confirmation que ça allait être compliqué.

Votre deuxième période a été compliquée, notamment en raison du contexte…
Oui. En début de deuxième mi-temps, ce n’est pas surprenant. Dijon nous a pressé haut. On a perdu des ballons dos à l’adversaire qui ont été dangereux. Mais ils n’ont, au final, qu’une occasion par Sammaritano. Mais on doit ressortir les ballons plus vite, là il y a beaucoup de travail.

Et qu’avez-vous pensé de la première période ?
C’était un peu mieux. C’était plus solide. A Rome on a fait un bon match défensivement aussi. Il nous manque de plus porter le danger devant.

Votre avis sur le carton rouge de Mario Balotelli ?
C’est dommage. Je ne critique personne, mais ça me paraît dur. Il n’a aucune intention de blesser l’adversaire, il veut récupérer le ballon. Après il arrive par derrière, l’arbitre a interprété la règle. Mario a voulu bien faire. Il était énervé en sortant du terrain mais dans le vestiaire ça allait. Pour nous c’est embêtant car il sera absent le prochain match.

Votre solidité défensive coïncide aussi avec le retour en forme de Dante sur les 2 derniers matchs.
Tout à fait. Globalement c’était solide. Comme je vous le disais on a encore beaucoup trop de pertes de balles, de mauvaises interceptions qui nous ont mises en danger, des mauvaises anticipations.

Espérez-vous que votre équipe montre un visage différent dans les prochaines semaines avec le retour des blessés ?
Mon pronostic est que toute l’année sera difficile, je le dis depuis le début de saison. Des points comme aujourd’hui, il faudra en gagner. On pouvait néanmoins espérer avoir quelques points en plus, on a perdu des points bêtement, par précipitation, notamment des défaites où on pouvait accrocher un nul. Mais c’est comme ça, il faut s’attacher à faire progresser cette équipe. On va voir quand quelques joueurs vont revenir mais pour les prochaines semaines on ne peut pas trop varier les schémas.

Prenez-vous le parti d’être un peu moins flamboyant dans le jeu mais avec plus de solidité derrière ?
On va travailler là dessus. Bien défendre c’est important mais récupérer haut et aller vite de l’avant c’est aussi très important. Il faut qu’on arrive à déjouer l’adversaire. Il ne faut pas se focaliser sur le retour des blessés, on ne sait pas exactement quand ils reviendront.

Avez-vous senti votre équipe la peur au ventre en fin de partie ?
Bien sûr qu’on voulait garder le résultat. Mais c’est trop facile de se cacher derrière ça. On n’a pas eu beaucoup d’occasions pour mettre le deuxième but. Mais il est clair qu’on n’avait surtout pas envie de prendre le 1-1, il y avait de la crispation, ce qui est normal vu notre mauvaise série. Mais on doit vivre avec la pression.

Et vous, étiez-vous sous pression ?
Vous pensez (sourires) ? Je me concentre sur mon job, je travaille à fond avec l’équipe que j’ai. Je ne travaille pas moins, ni moins bien que l’année passée.

Une victoire au forceps comme celle-ci renforce-t-elle le groupe ?
C’est bien de faire une victoire comme ça. Jeudi à Rome on avait bien commencé la semaine dans le jeu. On avait été bien meilleurs dans la possession et la gestion que sur les dernières semaines. Il nous manquait de la percussion et des appels dans le dos pour bousculer Rome. C’était très dur de revenir de là bas avec la défaite comme vous pouvez l’imaginer. Félicitations aux joueurs, ce n’était pas simple de jouer un match de Coupe d’Europe à l’extérieur le jeudi 21h et d’enchaîner un match le dimanche 15h, ça laisse forcément des traces. Mais les joueurs sont professionnels, ils doivent s’adapter.

Quelles sont vos satisfactions du jour ?
Déjà de gagner 1-0 bien sûr, on ne prend pas de but, ce qui n’était pas le cas depuis longtemps. On n’a pas cédé. L’équipe est consciente qu’il est très important de retrouver de la solidité derrière. Il suffit parfois d’une occasion pour marquer, présentement nous savons que nous n’avons pas l’éclat pour déstabiliser l’adversaire. Je ne vais pas encore reparler de la saison passée, mais c’est une grosse reconstruction, cette année on a beaucoup de jeunes dans l’équipe, il faudra du temps pour les amener à ce niveau. Aujourd’hui on prend les trois points, on souffle un petit peu, en sachant que ça va continuer à être dur, dur, dur, jusqu’à Noël minimum.