Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Mario persiste et signe

Aiglon du match

16 octobre 2017

Mario persiste et signe

Comme face à Marseille, Mario Balotelli est, à la majorité des suffrages, l’Aiglon de Montpellier – Nice (2-0). Tranchant, mobile mais pas en réussite dans la zone de vérité, l’avant-centre flirte avec la majorité absolue (49 % des voix). Allan St-Maximin (17%) et Christophe Jallet (7%) complètent le podium.

« Cette année, je veux avoir plus de continuité. Je suis en train de progresser ». Avant le duel face à Marseille, l’avant-centre a livré une feuille de route empreinte de simplicité. Après cette 9e journée, un constat s’impose : il reste droit dans les clous qu’il s’est fixés. Et malgré la défaite à la Mosson, sa copie vous a séduits. Dimanche, l’Aiglon de septembre n’a pas marqué, mais il a beaucoup pesé. A beaucoup tenté.

En première période, après une échappée en solo, son premier tir passa de peu à côté du cadre (6’), puis son plat du pied se heurta au mur Lecomte, déjà auteur d’une première parade sur un tir de Plea (26’). Lors du second acte, sa tentative du milieu du terrain échoua, elle, de peu à côté du montant héraultais. Collectif, il envoya par ailleurs Alassane Plea seul au but, à la suite d’un coup de génie à une touche de balle. Coup de génie pas récompensé (70’). Pour résumer, sa prestation s’inscrit dans la lignée de ses précédentes sorties. Le petit brin de réussite en moins.

Derrière Super Mario se place Allan St-Maximin. Aligné dans le couloir droit, l’international espoirs aura causé des tourments à ses adversaires directs, Roussillon en tête. Ses percussions n’auront malheureusement pas permis de forcer la décision. Et ce malgré un bel enchaînement crochet-frappe du gauche repoussé par le portier adverse à la demi-heure de jeu (27’) et un centre en retrait non-converti par Pierre Lees-Melou après la pause (66’).


Enfin Christophe Jallet conclut la marche. Présent dans son couloir gauche, le latéral international a bouclé une prestation solide. Très sollicité (97 ballons touchés), il s’est signalé offensivement par une belle frappe du droit (28’). Repoussée, comme toutes les tentatives, par un Benjamin Lecomte solide. 

C.D.