Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Bjekovic : « Quand je marquais contre Marseille… »

L'invité

30 septembre 2017

Bjekovic : « Quand je marquais contre Marseille… »

Les yeux remplis d’amour et des souvenirs plein la tête, celui qui aimait tant briller dans ces matchs « qui comptent plus que les autres » a décroché son téléphone pour OGC NICE MAG avant de rejoindre sa Côte d’Azur adoptive pour être honoré par le public de l'Allianz Riviera dimanche. Il distribue les bons mots comme il maniait le ballon : avec élégance et efficacité. Extraits.

Le Gym a pensé à vous pour ce match de gala…
(Il coupe) C’est vraiment quelque chose. Je suis touché car je suis toujours présent au club, comme le club est toujours présent chez moi. Encore maintenant, je regarde quasiment chaque match ! En Serbie, une chaîne sportive retransmet 4-5 matchs de Ligue 1 par journée, dont très souvent celui de Nice. Je suis très content que le club joue un rôle majeur dans le championnat de France, car la ville et le public le méritent amplement. L’OGC Nice, c’est quelque chose de spécial pour moi.

Vous représentez aussi quelque chose de « spécial » pour l’OGC Nice...
Oui, je sais. Je le ressens et ça me rend très heureux. C’est bien, c’est bien : ça veut dire que j’ai fait les choses comme il faut en tant que joueur et entraineur, et ça me fait plaisir.

Nice - Marseille, c'est...
Un grand derby. Ce n’est pas un match comme les autres, celui-là, il compte plus. Jouer un match comme ça c’est magnifique. je sais que j’en ai marqués (5, ndlr). J'ai de meilleurs souvenirs des matchs face à Saint-Étienne, qui était notre véritable rival car on s’est bagarré pour le titre avec eux. Mais je me rappelle que quand je marquais contre Marseille, c’était quelque chose, j’étais plus content que face aux autres équipes. Marseille, Paris, j’aimais bien jouer là-bas et j’ai toujours bien joué. Quand tu marques au Vélodrome et que tu fais taire leur public, ça donne encore plus de satisfaction.

« Plea peut postuler à l'équipe de France »

Quel joueur actuel aurait eu sa place dans le Gym des 70’s ?
Tous, sans problème. C’est sûr.

Bjekovic ressemble plus à Plea ou Balotelli ?
Je dirais Plea. Dans le jeu, dans le style… C’est un attaquant complet, capable de marquer et de produire du jeu. Il se sont bien trouvés avec Balotelli, c’est un très bon tandem et c’est pour ça que Nice marche bien. S’il continue comme ça, Plea peut postuler un jour à l’Equipe de France.

Et qui est le plus volcanique : Mario ou Nenad ?
C’était moi ! (rires). Je pense aussi que j’étais plus difficile à coacher. Tout le monde parle du caractère de Mario, mais pour moi c’est un bébé, comme moi à son âge. Mais le plus important, c’est ce qu’il montre sur le terrain pendant les matchs. Et il montre beaucoup, beaucoup…

« Balotelli peut égaler mes 29 buts »

Vous avez inscrit 29 buts en championnat lors de la saison 1977/78. Balotelli ou Plea peuvent-ils en faire de même ?
Oui, ils peuvent tous deux y arriver.

Lequel en premier ?
Je vois bien Balotelli.

Que lui manque-t-il pour y parvenir ?
Il ne manque de rien. Il peut le faire.

Pour conclure, quel est votre pronostic pour dimanche ?
Les Niçois possèdent une meilleure équipe et jouent mieux que l’OM. Ils sont favoris. Par contre je ne m’avancerai pas à annoncer un score : je n’aime pas ça. Vous savez, je suis toujours superstitieux, comme quand je jouais !

F.H.

La suite dimanche...

Retrouvez l'interview du légendaire attaquant en intégralité dans OGCNICE.MAG, disponible gratuitement dans toutes les buvettes du stade ce dimanche.

Votre programme de match sera également distribué au Café des Aiglons, où « Bjeko » vous donne rendez-vous dès 19h30. Avant de fouler la pelouse de l'Allianz Riviera, l'ancien buteur viendra en effet échanger avec ses supporters dans l'espace dédié à l'OGC Nice au Musée du sport. Venez nombreux !