Accueil Site officiel de l'OGC Nice

Le Gym accroché et accrocheur

Nice 2-2 Caen

10 mars 2017

Le Gym accroché et accrocheur

Mené 0-2 à 20 minutes du terme, le Gym a su puiser au fond de ses tripes pour refaire son retard. Grâce à des réalisations de Balotelli et Donis, il ressort de cette 29e journée avec le point du nul mais une bonne dose de frustration (2-2).

Un bloc caennais imperturbable et des contres dévastateurs : tel fut le scénario annoncé (et redouté) dans la semaine. Celui-ci rejoignit la réalité au coeur d'une soirée tour à tour stressante, excitante et rageante. Placé dans un 5-3-2 taillé pour résister, les hommes de Patrice Garande laissèrent le ballon aux locaux, campèrent dans leur moitié – sans être trop bas pour trembler – et mirent de la vitesse dans leurs projections. Le tout réalisé avec coeur et conviction. Sûrs de leur plan, ils ouvrirent le score à la demi-heure de jeu, sur un mouvement d'école ayant glacé l'Allianz : Karamoh à la passe, Adéoti à la bascule « droite-gauche » sur une touche , Bessat au caviar et Santini au combat. Buteur à l'aller, le Croate s'éleva au-dessus de Dante pour rabattre son ballon dans le soupirail de Cardi.

« Il faudra être patient et trouver la faille... » disait Mika Seri dans la semaine. Le fil de la soirée allait venir mettre cette précieuse vertu à l'épreuve car, comme à Michel-D'Ornano, Nice allait devoir courir pour revenir. « Sauf que ce ne sera pas pareil, car on est chez nous », ajouta l'Ivoirien, dans une phrase prophétique.

Placé dans un 4-3-3 au coup d'envoi, avec un seul changement par rapport au 11 victorieux à Dijon (Marcel remplaçant Belhanda - suspendu - comme 2e meneur de jeu), les locaux manquèrent d'inspiration dans le premier acte avant d'afficher un coeur énorme dans le second. Emmenés par un Valentin Eysseric souvent juste dans ses orientations...


Durant les 45 premières minutes, l'équipe ne mit pas la vitesse nécessaire pour secouer les Caennais. Et lorsque tout le monde joua dans le même tempo, un petit brin de justesse dans le dernier geste condamna l'équipe à courir derrière le score. Ce qui fut le cas à la 8e minute, lorsque Valentin Eysseric servit Rémi Walter, que ce dernier adressa un centre au 2e poteau pour un Souquet qui ne se pencha pas assez sur sa volée. Ou encore sur un enroulé d'Eysseric qui frôla le cadre en fin de période. Dans tous les bons coups, le numéro 13 joua aussi le pivot pour Mario Balotelli, qui décocha une puissante demi-volée captée par Vercoutre (15'). Coups d'épée dans l'eau.

S'il se montrèrent timides dans leurs offensives, les Rouge et Noir concédèrent très peu d'occasions. En première période, seule une tête de Da Silva sur un coup franc de Ferret vint donner des sueurs froides à l'Allianz.

Un retour au mental

Les sueurs se transformèrent en spasmes au retour des vestiaires, lorsqu'un Gym en phase offensive subit un terrible contre. Santini envoya une longue quille devant pour Karamoh, qui accéléra, effectua un sombrero sur Cardinale sorti loin de sa base, puis remporta son duel avec Dante pour pousser le ballon au fond. L'affaire se compliqua. La soirée s'embruma encore un peu plus lorsque Wylan Cyprien, si précieux depuis le début de l'exercice, sortit sur blessure peu avant l'heure de jeu.

Lucien Favre lança Mika Le Bihan à la place de l'ancien capitaine de Lens, histoire d'accentuer la pression. Tassos Donis fit également sa rentrée pour forcer le destin. Le coaching de l'ancien boss de Gladbach fut une nouvelle fois payant. Et l'Allianz connut, une nouvelle fois, un retour enivrant.

Suite à un beau centre de Dalbert, Souquet servit Seri, seul à l'entrée de la surface, dont la frappe fut contrée par tête de Yahia. Sur le corner qui suivit, Seri remit en retrait à Dalbert, qui alla chercher Dante au 2e poteau. Le Brésilien prit le dessus dans les airs et remisa pour Balotelli, qui réduisit la marque sans trembler (70'). Lancés comme de beaux diables, les Niçois se ruèrent à l'attaque. Leur mental fit une nouvelle fois la différence.


Au duel dans la surface avec Yahia, Eysseric s'écroula, sans que M. Letexier ne bronche. Puis un Dalbert bouillant centra au cordeau, la défense adverse ne parvint à se dégager et Tassos Donis, seul au point de pénalty, égalisa du gauche, avec l'aide des deux poteaux. Explosion du peuple rouge et noir (77').


Le Gym poussa de toutes ses forces durant le dernier quart d'heure pour aller chercher la victoire. Mika Le Bihan enleva sa volée au-dessus (84'). Puis M. Letexier oublia un pénalty flagrant suite à un corner de Seri volleyé par Da Silva.

Mais le Gym ne parvint pas, cette fois, à passer l'épaule.

A défaut de ne pas gagner, il faut savoir ne pas perdre. En attendant la rencontre de Paris, il s'empare de la 2e place en solitaire, une unité devant les hommes de la capitale. Avec une ambition toujours intacte.

C.D.

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 2-2 SM Caen (0-1 à la mi-temps)

29e journée de L1 - 10/03/2017

23 640  spectateurs

Arbitre : François Letexier

Buts : Balotelli (70'), Donis (77') pour Nice ; Santini (36'), Karamoh (49') pour Caen

Avertissements : Souquet (41'), Donis (89') pour Nice ; Ben Youssef (56') pour Caen

OGC Nice : Cardinale - Souquet, Baysse (cap), Dante, Dalbert - Seri, Cyprien (Le Bihan, 57'), Walter - Eysseric, Balotelli, Marcel (Donis, 63'). 

SM Caen : Vercoutre - Da Silva, Yahia, Ben Youssef - Guilbert, Adéoti, Ferret (cap.), Bessat - Karamoh (Leborgne, 71') - Rodelin, Santini